Communauté musulmane de Béziers : «Robert Ménard rejette la France qui existe déjà»

Le président de l’association Esprit libre Mehdi Roland© Capture d'écran d'une vidéo de RT
Le président de l’association Esprit libre Mehdi Roland

L’équipe de RT a contacté les activistes et responsables musulmans de Béziers pour connaître leur réaction sur les propos du maire de la ville, sous le feu des critiques après s’être prononcé contre la protection de l’église locale par des musulmans.

«On est choqué. Ce qu’on a fait est un geste symbolique d’aller vers l’autre, de tendre la main, et d’avoir cette réaction de M. le Maire, c’est consternant», a avoué dans une interview à RT Said Talla, l’imam de la mosquée Ar-Rahma. Après avoir appris la position de Robert Ménard sur les «patrouilles musulmanes» autour de l’église lors de la messe de Noël, l’imam, visiblement accablé, a refusé d’entrer dans la «polémique politique», en répétant tout simplement : «c’est triste».

Said Talli© RT
Said Talli

C’est une histoire qui déçoit une grande partie de la communauté musulmane de la ville, en premier lieu les membres des associations Esprit libre et cultures solidaires et Français musulmans de Béziers. Ce sont justement les membres de ces groupes qui se sont rendus jeudi dernier à l'église de la Devèze puis à la cathédrale Saint-Nazaire, à l’occasion de la messe de minuit. Une décision qui a déplu au Maire de Béziers, qui a qualifié de «scandaleux» le fait qu’une personne «qui a sur son Facebook l’image de Marianne […] avec la tête décapitée et remplacée par le coran vienne protéger les chrétiens».

En savoir plus : Robert Ménard accusé de racisme après sa critique de «garde musulmane»

Pourtant, pour le président d’Esprit libre, Mehdi Roland, il est impossible de renoncer à une réalité déjà présente.

«Si un politique, un maire d’une ville dit cela, ça veut dire qu’il ne veut pas de la France qui existe», a-t-il estimé dans un entretien accordé à RT. «La France est métissée et l’a toujours été de toute façon, après beaucoup de vagues d’immigration. C’est sa richesse et ça doit être sa force», croit l’activiste, en s’opposant résolument à ce que le maire «se mette entre les citoyens pour qu’on se tourne le dos».

«C’est un moment de l’année où l’on peut se sourire et se saluer entre les chrétiens et les musulmans, mais il y a cette personne qui vient entre les gens et dit non», a regretté Mehdi Roland, en fustigeant l’attitude de Robert Ménard qui «sape» les efforts des organisations inter-religieuses.

Le communiqué du maire de Béziers, publié initialement sur la page Facebook de la ville, a suscité une vaste réaction critique, à en aller jusqu’au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, qui l’a condamné. Robert Ménard envisage de saisir le préfet et dénonce «un Etat si prompt à réagir pour empêcher la mise en place de la garde biterroise, mais bien silencieux lorsqu’il s’agit d’une garde musulmane». La préfecture de l’Hérault a attaqué devant le tribunal administratif de Montpellier la création par la municipalité d’une garde biterroise composée de «citoyens volontaires» chargés d’aider au maintien de l’ordre dans la ville.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales