La police use de gaz lacrymogènes pour réprimer une manifestation de migrants kurdes à Calais

© Capture d'écran d'une vidéo de RT

Lundi 16 novembre des migrants d’origine kurde ont voulu manifester en dehors de leur camp à Calais, mais la police leur a barré le passage, usant de sprays au poivre pour les repousser.

La correspondante de RT au Royaume-Uni Polly Boiko était à Calais hier, aux côtés des réfugiés de la «Jungle» de Calais, ce camp de fortune où plus de 6 000 personnes sont installées en attendant de réussir à passer au Royaume-Uni.


Lire aussi : L'Etat considère que les aménagements de la jungle de Calais sont suffisants

Dans son reportage, la journaliste explique que des familles kurdes du campement avaient décidé d’aller manifester leur mécontentement à propos de leurs conditions de vie, mais ils en ont été empêché par un déploiement impressionnant de CRS qui leur ont barré la route.

La tension était grande, et certains réfugiés ont affirmé que les forces de l’ordre ont usé de gaz lacrymogènes contre des femmes et des enfants. D’autres résidents du camp se sont alors joints aux manifestants pour jeter des pierres sur les CRS.

Calais

Lire aussi : Aucun blessé dans l'incendie du camp de migrants de Calais

Polly Boiko explique qu’auparavant, les occupants du campement restaient libres d’aller et venir, mais qu’après les évènements de Paris, la sécurité s’est accrue et que les policiers ne laissent pas une chance à la situation de dégénérer.

La semaine dernière, Calais a connu trois nuits d’affrontements au cours desquelles plusieurs dizaines de membres des forces de l’ordre ont été blessées.

Lire aussi : «Nous voulons être en sécurité» : à Calais, des locaux et des migrants menacés par Daesh

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales