Manifestations contre la réforme des retraites : plus de 10 000 policiers et gendarmes mobilisés

- Avec AFP

Gérald Darmanin est le ministre de l'Intérieur (image d'illustration).© Ludovic MARIN Source: AFP
Gérald Darmanin est le ministre de l'Intérieur (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

«Plus de 10 000 policiers et gendarmes dont 3 500 à Paris» seront mobilisés pour encadrer les manifestations contre la réforme des retraites et faire face à de possibles violences, a annoncé sur RTL le ministre Gérald Darmanin.

Interviewé sur RTL le 18 janvier, Gérald Darmanin a affirmé que les autorités s'attendaient à la venue à Paris d'«un petit millier de personnes qui pourrait être violent», citant des «ultragauche» ou des «ultrajaunes» (label censé qualifier des Gilets jaunes radicalisés) lors des manifestations contre la réforme des retraites le 19 janvier.

Pour éviter leur venue, le ministre de l'Intérieur a annoncé «des contrôles» dès ce 18 janvier dans la capitale ainsi qu'en régions. Il a expliqué que «ceux qui veulent casser» déposent en amont des objets tels des couteaux, casques, etc., sur le parcours de la manifestation pour pouvoir s'en servir au moment du défilé.

Au total à Paris, pour prévenir les incidents ou les endiguer, «39 unités de forces mobiles» seront présentes lors des mobilisations. «Ce qui est beaucoup mais», a-t-il fait valoir, «il nous faut distinguer absolument ceux qui veulent exprimer une opinion politique et ceux qui veulent casser», a-t-il argumenté.

En outre, «plus de 10 000 policiers et gendarmes dont 3 500 à Paris» seront mobilisés pour encadrer les cortèges. A la question de savoir s'il était «inquiet», le ministre a répondu qu'il était «concentré».

Alors que la fédération CGT des mines et de l'énergie envisage des coupures de courant ciblées contre les élus favorables à la réforme des retraites, il a jugé que ce geste «serait absolument scandaleux». Le ministre a ajouté avoir donné des instructions pour «protéger notamment les permanences des élus, des parlementaires».

«Attaquer un élu de la République, quel qu'il soit, quel que soit son bord politique, lui faire une pression, un chantage, cela relève d'une dictature, pas d'une démocratie», a-t-il assuré, faisant état de faits semblables commis déjà les jours derniers lors de manifestations contre la réforme des retraites.

Des villes potentiellement touchées par des actes violents

Le renseignement intérieur s'attend à des violences durant les manifestations dans plusieurs villes du pays, comme Paris ou Nantes. Dans une note évoquée par France Inter, sont cités «Paris, Rennes, Nantes, Limoges ou encore Brest» comme lieux potentiels de tensions dans un contexte où la multiplication des recours à l'article 49.3 de la Constitution par la Premier ministre, l'inflation et la hausse des prix de l'énergie «cristallisent la colère de l'ultra-gauche». 

Pour la capitale, les services estiment qu'il pourrait y avoir «200 à 400» personnes susceptibles de commettre des méfaits dans «des black blocks». Ils n'ont en revanche pas remarqué de «déplacement de collectifs constitués vers» Paris.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix