Adrien Quatennens dénonce un «lynchage» et exclut de démissionner après sa condamnation

Adrien Quatennens dénonce un «lynchage» et exclut de démissionner après sa condamnation© Alain JOCARD Source: AFP
Le député LFI Adrien Quatennens.
Suivez RT France surTelegram

Dans un entretien à La Voix du Nord, le député insoumis, condamné à quatre mois avec sursis pour violences conjugales, n'entend pas démissionner malgré les appels en ce sens de certains responsables politiques.

L'ex-numéro 2 de La France insoumise (LFI), Adrien Quatennens, condamné le 13 décembre à quatre mois de prison avec sursis pour des «violences» sur son épouse, a dénoncé dans un entretien à La Voix du Nord «un lynchage médiatique», excluant de démissionner de son poste de député.

«Démissionner après avoir été condamné pour un acte que j’ai reconnu créerait un précédent dangereux et ouvrirait la porte à toutes les instrumentalisations politiques de la vie privée», a-t-il déclaré pour sa première prise de parole depuis sa mise en retrait de la coordination de LFI en septembre.

 Je ne céderai pas

Suspendu quatre mois de son groupe dans la foulée de sa condamnation, le député du Nord a annoncé son intention d'«honorer» son mandat «dans le cadre» du son groupe politique «car ce sont les idées que je défends depuis les prémices de mon engagement aux côtés de Jean-Luc Mélenchon».

«Je respecterai la décision collective du groupe», a-t-il insisté. «Mais la mienne m’appartient et elle est prise : j’ai payé bien assez cher sur tous les plans. Je ne céderai pas». 

Une sanction «sans précédent» ?

L'élu estime qu'outre sa condamnation dans le cadre d'une procédure de plaider-coupable la sanction politique à son encontre «est déjà lourde et sans précédent», puisqu'il n'est plus le coordinateur ni «le principal porte-parole» de LFI.

Je sais que nous n’en serions pas là si j’avais nié comme le font tous les autres

Sur le fond de l'affaire, il regrette d'avoir «enduré en silence un lynchage médiatique inédit». «L’enquête a conclu à ce que j’avais reconnu : une gifle donnée dans un contexte de dispute, il y a plus d’un an et jamais reproduite, et l’envoi de trop nombreux SMS amoureux suite à une annonce de divorce incomprise», a-t-il expliqué. «Ce geste ne me ressemble pas», a-t-il poursuivi à propos de cette gifle qu'il dit avoir «beaucoup regrettée».

Il affirme que son épouse l'«a ouvertement menacé» de «détruire [son] engagement politique» s'il ne répondait pas favorablement à ses demandes concernant le divorce. «Aujourd’hui encore [...] je subis son chantage à la plainte ou aux médias».

«Je sais que nous n’en serions pas là si j’avais nié comme le font tous les autres. Mais je ne le regrette pas. Surtout si cela peut servir utilement la cause de la lutte contre les violences faites aux femmes», a-t-il insisté. «J’ai simplement découvert à 32 ans qu’en France, quand on pose un genou à terre, qu’on reconnaît une faute et qu’on accepte sa sanction, l’acharnement ne cesse pas», a-t-il ajouté. «Le message envoyé a le mérite de la clarté : niez !».

Il estime être victime d'un coup «politique» destiné à l'«abattre». «Plusieurs sources concordantes me disent que cela a été directement orchestré depuis le ministère de l’Intérieur. Je ne suis pas en mesure de l’affirmer moi-même aujourd’hui», a-t-il déclaré.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix