Grève reconduite dans plusieurs raffineries, la CGT appelle à une amplification du mouvement

Grève reconduite dans plusieurs raffineries, la CGT appelle à une amplification du mouvement© Lou BENOIST Source: AFP
Le conflit social se poursuit dans les raffineries du groupe TotalEnergies (illustration).
Suivez RT France surTelegram

La CGT poursuit la mobilisation dans les sites de TotalEnergies et d'ExxonMobil et incite d'autres secteurs à s'y joindre. Le ministre de l'Economie a appelé TotalEnergies, qui a ouvert des négociations avec les syndicats, à lâcher du lest.

Le conflit social en cours dans le secteur pétrolier va-t-il s'étendre ? C'est ce que souhaite la CGT, qui a reconduit la grève dans les raffineries françaises de TotalEnergies, après un vote «à une très large majorité» le 13 octobre au matin dans cinq sites impliqués dans le mouvement, a indiqué à l'AFP le coordinateur CGT pour le groupe, Eric Sellini.

«La grève est reconduite à la raffinerie de Normandie, à la raffinerie de Donges, à la raffinerie de Feyzin, sur le dépôt de Flandres et à la raffinerie de la Mède», a-t-il détaillé, au lendemain de l'échec des discussions avec la direction. Le coordinateur CGT pour le mouvement a précisé que la base de chargement de Grandpuits (Seine-et-Marne) est en revanche «ouverte», car elle n'était plus «bloquée par des militants sur place». Sans savoir cependant «si la logistique va suivre» pour que le site fonctionne de nouveau.

La CGT, qui a lancé la grève depuis le 27 septembre chez TotalEnergies, revendique 10% d'augmentation pour 2022, contre les 3,5% obtenus en début d'année, afin de compenser l'inflation et de s'assurer d'une meilleure répartition des bénéfices exceptionnels réalisés par le groupe.

Parallèlement, les grèves ont été reconduites dans la matinée dans les raffineries Esso-ExxonMobil, dans lesquelles un accord a été trouvé avec la CFDT et la CFE-CGC, mais pas avec la CGT. Après les annonces d'Elisabeth Borne le 11 octobre, des salariés ont été réquisitionnés le lendemain au dépôt de Gravenchon-Port-Jérôme (Seine-Maritime). La CGT a d'ailleurs déposé un recours en référé devant le tribunal administratif de Rouen afin de s'opposer à ces réquisitions, jugeant le procédé «illégal».

Pas la faute du gouvernement

Après l'échec des discussions entre la CGT et la direction dans la soirée du 12 octobre, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a pris la parole sur RTL ce 13 octobre. Il a appelé la CGT à «se saisir de la main qui a été tendue» pour «négocier de bonne foi, comme le font les autres organisations syndicales».

D’après le ministre de l’Economie, «il est évident que Total a la capacité de faire des augmentations de salaires», compte tenu des résultats de l'entreprise cette année et des dividendes versés aux actionnaires. Se disant favorable à un partage «équitable» de la valeur, Bruno le Maire a affirmé que les dirigeants du géant de l'énergie ont «la capacité donc le devoir d'augmenter les salaires de tous leurs salariés dans des proportions qu'ils négocieront avec les organisations syndicales».

Interrogé sur les responsabilités des uns et des autres dans la crise actuelle, Bruno Le Maire a estimé que la direction de Total «a tardé» et que le blocage et la pénurie ne résultent pas de «la faute du gouvernement [ou] du président de la République». Il a par là même rejeté les critiques de l'opposition relatives à un manque d'anticipation et de réaction dans ce dossier, alors que le conflit a débuté depuis plusieurs semaines.

Bonus exceptionnel, augmentation de salaires, négociations : TotalEnergies multiplie les concessions

Toujours le 13 octobre, TotalEnergies a publié un communiqué pour déplorer l’absence de progrès sur le déblocage des expéditions dans les dépôts et raffineries et réaffirmer que «les conditions ne sont pas réunies pour organiser la négociation entre toutes les organisations représentatives», en raison du blocage de la CGT.

«Nous prenons nos responsabilités en termes de partage de la valeur», a fait valoir l'entreprise en annonçant le versement d'un bonus équivalent à un mois de salaire à l'ensemble de ses salariés dans le monde. Versé en décembre, le montant de ce «bonus exceptionnel» sera «plafonné pour les salaires élevés», précise le groupe.

Dans le même communiqué, l'entreprise a fait part de sa proposition d'augmenter les salaires de ses employés français en 2023, en complément de ce bonus. TotalEnergies évoque ainsi «une enveloppe d'augmentation salariale sur la base de l'inflation 2022». Cette  progression serait d'environ 6%, a ensuite précisé la communication du groupe auprès de l'AFP, soit bien en-deçà de la demande de la CGT.

Après ces annonces, le ballet des déclarations s’est poursuivi dans la journée du 13 octobre : dans l’après-midi, les salariés de TotalEnergies ont reconduit la grève dans l'ensemble des sites engagés dans le mouvement, a indiqué à l'AFP Thierry Defresne, secrétaire CGT du comité TotalEnergies Europe. «Le mouvement est reconduit partout, avec toujours de très forts taux de grévistes», a-t-il, en enjoignant la direction à ouvrir immédiatement des négociations. «Ca va être très chaud demain [le 14 octobre]» si ces discussions ne se tenaient pas, a-t-il pronostiqué à propos du dépôt de carburant de Flandres situé près de Dunkerque (Nord), dans lequel des grévistes ont été réquisitionnés sur instruction du gouvernement.

Dans le même temps, la direction de TotalEnergies a annoncé avoir invité les organisations syndicales représentatives du groupe à participer à des discussions le 13 octobre à 20h, une première depuis le début de la grève. «Compte tenu de l’attitude responsable des équipes concernées par la réquisition décidée par le gouvernement pour rétablir les flux de carburants sortant du dépôt de Dunkerque, la direction invite l’ensemble des organisations syndicales représentatives du socle social commun à des négociations salariales collectives», a annoncé la direction du groupe français.

Par ailleurs, les salariés du site Esso-ExxonMobil de Gravenchon-Port-Jérôme (Seine-Maritime) ont eux aussi reconduit leur mouvement. «La grève continue sur le secteur du pétrole», a indiqué à l’AFP Germinal Lancelin, secrétaire général CGT d'ExxonMobil, après un vote en ce sens des salariés lors de la relève de 14H. A l'inverse, le mouvement a été levé sur le site de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), suite à un vote des grévistes. L'expédition de produits disponibles pourrait commencer «assez rapidement», a précisé ExxonMobil à l'AFP.

Martinez veut «généraliser les grèves», les cheminots entrent en piste

«La négociation, ça se passe avec la direction et les syndicats autour d'une table, pas à travers des communiqués», avait réagi dans la matinée du 13 octobre Philippe Martinez dans un entretien sur BFM TV, en commentant l’annonce de TotalEnergies concernant le versement d'un bonus exceptionnel.

Au-delà de ce cas, le secrétaire général de la CGT a appelé à «amplifier les mouvements de grève» actuels, citant les conflits en cours dans le secteur pétrolier, mais également dans l'automobile chez Stellantis, ou encore dans l'agroalimentaire. «Il faut généraliser les grèves», a-t-il insisté, annonçant «dès la semaine prochaine un nouvel appel à grèves et manifestations dans toutes les entreprises, publiques comme privées», probablement le 18 octobre, date à laquelle une grève est déjà prévue dans les lycées professionnels.

Selon le leader de la CGT, les réquisitions décidées dans les raffineries françaises sont une erreur de la part du gouvernement, celles-ci ayant «mis le feu aux poudres». Evoquant un échange avec la Premier ministre, le patron de la CGT a indiqué avoir déclaré «à Elisabeth Borne et à son cabinet hier [le 12 octobre] "Vous faites une connerie", parce que la situation aurait pu se détendre dès hier soir».

Le gouvernement «fait en sorte que la négociation ne puisse pas aboutir» car «ce n'est pas par la force qu'on apaise la situation», a-t-il ajouté, estimant que l'exécutif a sous-estimé la colère du monde du travail, et pas que chez Total». Mis en cause par Emmanuel Macron, qui a demandé le 12 octobre sur France 2 «que la CGT permette au pays de fonctionner», il a rétorqué que le chef de l'Etat «joue les gros bras».

Selon l'AFP, la fonction publique et l'agroalimentaire pourraient joindre leurs forces à celles des raffineurs. Pour ce qui concerne la SNCF, Sud-Rail a d'ores et déjà appelé à rejoindre le mouvement, suivi de la CGT-Cheminots qui a lancé un appel à la grève le 18 octobre, avec pour mots d'ordre l'augmentation des salaires et la dénonciation «de la répression et [de] l'attaque contre le droit de grève», selon un communiqué.

Les chauffeurs routiers se joindront eux aussi au mouvement. «Les salariés du transport routier de marchandises et, plus particulièrement, ceux qui concourent à transporter des matières dangereuses sont solidaires de la lutte en cours», a indiqué la fédération des transports de la CGT dans un communiqué. Le 12 octobre, le syndicat FNME-CGT (Fédération nationale des mines et de l’énergie) avait quant à lui annoncé sa décision de soutenir les grévistes en lançant un autre mouvement dans le nucléaire.

«L'heure du bras de fer est venue», selon LFI

Le mouvement pourrait aussi s'appuyer sur des convergences plus politiques, illustrées par un rassemblement en soutien aux grévistes le 12 octobre sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris de militants CGT, FO, Solidaires et de nombreux responsables politiques de gauche dont Jean-Luc Mélenchon, Ian Brossat ou encore Philippe Poutou.

La France insoumise a en effet apporté son total soutien au mouvement des raffineurs, qui intervient à point nommé alors qu'elle organise une «marche contre la vie chère et l'inaction climatique» le 16 octobre. Certaines sections et unions de la CGT ont d'ailleurs appelé à y participer, contrairement à la position nationale de la confédération. Selon la députée de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain interrogée sur France 2, «l'heure du bras de fer est venue» avec le gouvernement sur la question des salaires, ce au moyen d'une «grève interprofessionnelle». Autre député insoumis, François Ruffin a réclamé, le 13 octobre également, «la réquisition des superprofits» devant les salariés de la plateforme TotalEnergies de Gonfreville-L'Orcher, près du Havre, en dénonçant «le gavage, l'obscénité en haut et en bas, le rationnement».

Pour l'heure, les pénuries se prolongent, mettant les nerfs des automobilistes à vif. «Nous avons 30% des stations qui aujourd'hui sont bloquées au niveau national», a indiqué le 13 octobre sur RMC la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, précisant que cette proportion atteignait «plus de 40% dans les Hauts-de-France».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix