Covid-19 : la France bientôt contrainte de détruire plus de 30 millions de doses ?

Covid-19 : la France bientôt contrainte de détruire plus de 30 millions de doses ?© Daniel MUNOZ Source: AFP
Le vaccin de Pfizer-Biontech contre le Covid-19 (Image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La HAS recommande l'utilisation de nouveaux vaccins – adaptés aux sous-variants d'Omicron – pour la campagne de vaccination qui débute. Les 30 millions de doses qui étaient déjà en stock pourraient donc devenir obsolètes rapporte l'Express.

Les autorités françaises ont-elles commandé beaucoup trop de vaccins contre le Covid ? La question se pose alors que selon les données communiquées par la Direction générale de la santé à L'Express, les autorités sanitaires disposeraient toujours de 1,85 million de flacons de Moderna et de 1,7 million de flacons de Pfizer. Soit plus de 30 millions de doses de vaccin pouvant être injectées.

Or, comme le remarque le magazine, les nombre d'injections quotidiennes, environ 20 000 ces derniers jours, est en baisse significative. Surtout, si le gouvernement s'apprête à lancer une nouvelle campagne de vaccination, dans l'immense majorité des cas ce ne sont pas ces doses qui seraient utilisées.

En effet, pour cette campagne de rappel la Haute Autorité de santé (HAS) a recommandé d'utiliser l'un des trois vaccins adaptés aux sous-variants d'Omicron (deux de Pfizer/BioNTech, un de Moderna), récemment approuvés par l'Agence européenne du médicament. Fin septembre, le ministre de la Santé François Braun insistait d'ailleurs sur France Info, pour expliquer que ce rappel n'était «pas pour toute la population».

«La Haute autorité de santé a été claire et continue de dire de vacciner les populations cibles», avait-il déclaré, expliquant que la dose supplémentaire de vaccin était recommandée aux personnes à risque de forme grave de la maladie et aux professionnels des secteurs sanitaire et médico-social.

Les vaccins de Pfizer et Moderna dits de «première génération» ne devraient donc pas être utilisés en priorité dans cette campagne de rappel, mais plutôt pour les «primovaccinations», a expliqué la Direction générale de la santé à L'Express. Néanmoins, «à court terme, les vaccins classiques resteront injectés jusqu'à l'arrivée des nouveaux vaccins bivalents. De plus, ces vaccins bivalents n'ont reçu une autorisation de mise sur le marché que dans le cadre du rappel vaccinal. Le stock de vaccins classiques permettra donc de maintenir l'accès à la primovaccination».

Que faire de ces millions de doses qui ne sauraient être écoulées ? Interrogé par le magazine, le directeur activité vaccins de Pfizer France David Lepoittevin a une solution : les livrer à des pays ayant un faible taux de vaccination. «Il peut être intéressant, comme le gouvernement l'a déjà fait à plusieurs reprises, sur de gros volumes, d'envoyer des dons de vaccins dans certains pays», a-t-il soutenu, rappelant au passage qu'«il ne faudra pas tarder, car ces doses devraient avoir une durée de vie très courte».

Confrontée à un problème similaire, la Suisse a été contrainte de détruire 10,3 millions de doses du vaccin Moderna contre le Covid-19. Le ministère suisse de la Santé a fait savoir le 1er octobre ne pas avoir eu d'autre choix, dans la mesure où la date de péremption des vaccins avait été atteinte. Selon le site d'information Beobachter le coût des doses qui vont être détruites s'élève à quelque 280 millions de francs suisses, soit 294 millions d'euros.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix