Des manifestants marchent au flambeau à Marseille malgré le couvre-feu

- Avec AFP

Des manifestants marchent au flambeau à Marseille malgré le couvre-feu© NICOLAS TUCAT Source: AFP
Manifestants aux flambeaux à Marseille le 12 janvier.
Suivez RT France surTelegram

Des centaines de manifestants, dont des syndicalistes, sont sortis dans les rues de Marseille, bravant le couvre-feu imposé à 18h, pour protester contre la «casse-sociale» et pour les services publics.

Quelques centaines de personnes ont bravé le 12 janvier au soir le couvre-feu anti-Covid pour manifester à la nuit tombée, flambeaux en main, dans le centre de Marseille, contre la «casse-sociale» et pour le renforcement des services publics.

Les manifestants, qui répondaient à l'appel de plusieurs organisations dont le Parti communiste et la CGT, entendaient notamment dénoncer les conséquences des choix sanitaires et économiques du gouvernement dans la lutte contre la crise du coronavirus sur le monde du travail.

«Les moyens ne sont pas mis dans la recherche, dans la prévention ou le soin. Et chaque semaine, on annonce des fermetures d'activités et des plans de sauvegarde de l'emploi qui n'en sont jamais», a dénoncé Olivier Mateu, secrétaire général de la CGT des Bouches-du-Rhône auprès de l'AFP. 

Métro, boulot, dodo, jusqu'où ira votre soumission

Pour le syndicaliste, la mobilisation est nécessaire même pendant le couvre-feu. «Il est écrit nulle part que les mesures prises interdisent les mobilisations sociales», fait-il valoir en affirmant avoir prévenu la préfecture. Et puis, «une descente aux flambeaux, c'est plus visible la nuit», s'amuse-t-il.

«Métro, boulot, dodo, jusqu'où ira votre soumission ?», interrogeait une pancarte brandie en tête de cortège par une militante qui haranguait les passants pressés de rentrer chez eux : «Dépêchez-vous, le virus sort à 18h !».

«Il faut interdire les licenciements pendant la crise et créer un ISF [impôt sur la fortune] remanié pour donner de l'argent aux hôpitaux, aux gens qui n'ont pas de logement», a suggérée un autre manifestant, Daniel Bretones, a rapporté l'AFP.

Des «justificatifs de déplacement pour activités syndicales», édités par la CGT, ont été distribués aux manifestants qui en ont fait la demande pour participer à la manifestation puis retourner à leur domicile après 18h. Mais les rares policiers qui suivaient le cortège n'effectuaient pas de contrôles. 

«Quand les choses peuvent se faire en bonne intelligence, c'est très bien», a constaté satisfait Olivier Mateu.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»