Bruno Le Maire renonce aux promotions à 50% sur les produits alimentaires

- Avec AFP

Bruno Le Maire© Ludovic MARIN Source: AFP
images
Le ministre français de l'Economie à la sortie d'une réunion à l'Elysée le 4 juillet 2022 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

En début de semaine, le ministre français de l’économie avait suggéré, en réponse à la hausse des prix, d’autoriser des promotions sur l’alimentation jusqu’à 50%. Face à la bronca des organisations professionnelles, il a immédiatement reculé.

Selon une source de l’AFP à Bercy, le gouvernement renoncera à la proposition récente du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, d'autoriser des promotions de 50% sur les produits alimentaires. Cette reculade fait suite à la vive opposition de deux organisations représentant les agriculteurs.

Au ministère, on explique qu’après avoir reçu dans la matinée du 6 juillet la présidente de la FNSEA Christiane Lambert et Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, le ministre s'est engagé à ne pas mettre en œuvre cette proposition. Il ne s’agissait selon le ministère que d’une «suggestion», à l'issue de la mission confiée à l'Inspection générale des finances (IGF) sur la formation des prix alimentaires.

Actuellement, les distributeurs de produits alimentaires ne peuvent proposer des promotions qu'à hauteur de 34%, une règle censée protéger la rémunération des producteurs.

Le 5 juillet, le ministre de l'Economie avait annoncé le lancement d'une enquête de l'IGF pour vérifier la formation des prix des produits alimentaires en cette période d'inflation, notamment après que le président des magasins E. Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, avait jugé «suspectes» certaines hausses de prix demandées par les industriels. En parallèle, La France insoumise et le Rassemblement national avaient demandé la création d'une commission d'enquête parlementaire.

Sur les ondes de la radio publique France Inter, Bruno Le Maire avait estimé que si les résultats de l’enquête de l’IGF montraient que les dispositifs actuels ne profitaient pas aux producteurs, il faudrait «réfléchir à la possibilité de les modifier». Et c’est dans ce contexte qu’il avait suggéré des promotions à 50%, au lieu des 34% autorisés.

«Pas la bonne réponse»

Mais la suggestion du ministre a suscité une levée de boucliers dans le secteur agricole, Christiane Lambert ayant répondu que ce n'était «pas la bonne réponse». «Cela reviendrait à renforcer la pression sur les entreprises et les agriculteurs, qui sont déjà étranglés par les hausses de leurs coûts de production», s'inquiétait aussi l'Ania, principale organisation de l'agroalimentaire citée sans précision de date ni de lieu par l’AFP.

Aujourd’hui, on explique à Bercy que le ministre a «entendu et compris» les inquiétudes des agriculteurs sur les conséquences éventuelles d'une telle mesure sur leur rémunération, et l’on juge inutile «d'attiser les angoisses».

Dans un communiqué, le syndicat majoritaire FNSEA et les Jeunes agriculteurs se félicitent d'une «clarification de la position du ministre» et déclarent : « Il était capital d'envoyer un message clair de soutien aux agriculteurs et aux entreprises.» Et d'ajouter : «Il était également important d'adresser ce message à certains acteurs de la distribution qui n'ont de cesse de vouloir détricoter les EGAlim [la loi alimentation votée en 2018] à leur seul profit.»

L'entourage du ministre précise toutefois, selon l’AFP, que, dans le contexte actuel d’inflation, il continue d'avoir à cœur de concilier prix bas pour les consommateurs et juste rémunération des producteurs.

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix