Ouïghours, investissements : rien ne va plus entre l’UE et la Chine

Ouïghours, investissements : rien ne va plus entre l’UE et la Chine© JOHANNA GERON Source: AFP
De gauche à droite et dans le sens des aiguilles d’une montre : Xi Jinping, Charles Michel, Ursula von der Leyen, Emmanuel Macron et Angela Merkel,sur l’écran d'une visioconférence, à Bruxelles, le 30 décembre 2020 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les échanges de sanctions entre Pékin et Bruxelles autour de la question ouïghoure semblent avoir, pour un temps, stoppé net le développement de leurs relations commerciales. Derrière, Londres et Washington sont à la manœuvre.

C’était il y a trois ans à peine. Le 16 juillet 2018 à Bruxelles, le polonais Donald Tusk, alors président du Conseil européen, déclarait : «Aujourd’hui, au moment où l’Europe rencontre la Chine à Pékin, le président américain Trump et le président russe Poutine vont se parler à Helsinki. Nous sommes tous informés de ce que l’architecture du monde est en train de changer, juste sous nos yeux.» Il commentait avec entrain le 20e sommet UE-Chine qui venait de prendre fin à Pékin.

Quelques jours auparavant, Hans Dietmar Schweisgut, l’ambassadeur de l’Union européenne en Chine, avait déclaré : «En cette période d'incertitudes géopolitiques, le 20e sommet UE-Chine sera l'occasion de montrer que notre coopération est importante non seulement pour l'Europe et la Chine, mais aussi pour le reste du monde.»

Une élection présidentielle aux Etats-Unis plus tard, l’ambiance a radicalement changé. La version en ligne du Quotidien du peuple, organe officiel et historique du Parti communiste chinois, a beau faire son miel des dernières déclarations d’Angela Merkel qualifiant, lors d’une conférence en ligne de la CDU le 5 mai, l’Accord global sur les investissements (Comprehensive agreement on investments-CAI) UE-Chine d’«engagement important», le cœur n’y est plus.

Certes, la Chancelière allemande a ajouté : «Nous ne serons pas en mesure de faire face au changement climatique ni de résoudre les problèmes de l'OMC (Organisation mondiale du commerce) ou d'autres problèmes mondiaux sans ou contre la Chine.» Mais, à propos du CAI conclu en décembre, elle a été obligée de mentionner les «difficultés qui surgiront certainement dans le processus de ratification.»

Ratification de l'Accord Chine-UE suspendue

Le ton est en effet monté entre l’UE et la Chine avec des répercussions sur le Parlement européen censé ratifier le CAI. Le 22 mars, répondant à des sanctions de Bruxelles contre quatre dirigeants de la région chinoise du Xinjiang accusés de violations graves des droits humains de la minorité ouïghoure, Pékin a, à son tour, prononcé des sanctions contre une dizaine d’Européens, dont des membres du Parlement ainsi que contre quatre organisations non gouvernementales.

Le 4 mai, c’est sans surprendre que le Letton Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne et commissaire au commerce, a annoncé à l'AFP que l'exécutif européen avait «en un sens» suspendu ses efforts pour obtenir la ratification du CAI. Le lendemain dans un communiqué la Commission précisait que le CAI ne pouvait être dissocié des autres dossiers entre l'UE et la Chin et que les sanctions à l'égard de parlementaires européens étaient «inacceptables et regrettables». Quant à la ratification du CAI, cela dépendra de «l'évolution de la situation».

Et, comme s’il était nécessaire de piétiner encore un peu l’embryon de l’accord UE-Chine sur les investissements, le Français Thierry Breton, a affirmé que ce n'était «pas vraiment un accord», mais plutôt «une intention». Le commissaire européen au Marché intérieur intervenait le 6 mai dans une réunion de l’Atlantic Council, un cercle de réflexion états-unien qui se présente comme une «organisation qui galvanise le leadership et l'engagement des Etats-Unis dans le monde».

Cité par l’AFP, il a expliqué que le CAI avait été annoncé dans une «période intermédiaire aux Etats-Unis», c’est-à-dire après l'élection présidentielle, mais avant l'arrivée de l'administration Biden. «Mettez cela en perspective. En fin de compte, c'était une intention. Ni plus, ni moins [...] Le temps où l'intention se transformera en réalité peut être assez long», a-t-il ajouté.

De là à dire que cet accord, qui devait favoriser un rééquilibrage des relations commerciales entre l’UE et la Chine, vient d’être jeté aux oubliettes… Pour le moment, la Commission procède à sa révision juridique et à sa traduction dans les différentes langues de l'UE, en vue de son examen par le Parlement européen en 2022. Mais au sein du Parlement, les sociaux-démocrates et les Verts sont opposés à cet accord.

Stop aux investissements chinois en Europe

La Chine et la question des investissements ne sont toutefois pas sorties des préoccupations de Bruxelles, mais dans une perspective cette fois restrictive. La Commission européenne a en effet proposé, le 5 mai, un texte pour limiter les investissements dans l'UE d'entreprises de pays tiers qui bénéficient de subventions publiques dans leur pays. Le texte ne vise aucun pays en particulier, mais des sources européennes citées par l’AFP conviennent que les préoccupations concernant la Chine sont au cœur de sa rédaction. Interrogé sur le sujet, un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin, a appelé le jour même l'Union européenne à «réduire les barrières commerciales» et «à ne pas en ajouter de nouvelles».

Une autre puissance émergente de plus d’un milliard d’habitants et potentiels consommateurs des produits européens intéresse de nouveau l’Europe. Il s’agit de l’Inde, ennemi juré de Pékin depuis des décennies, et attendu comme champion mondial de la croissance en 2021 et 2022 (+12,5% et +6,9%) par le Fonds monétaire international.

A la fin de la semaine, le Portugal doit accueillir un mini-sommet virtuel Inde-UE lors duquel seront officiellement relancées des négociations interrompues il y a sept ans, pour un accord de libre-échange. Un accord sur les indications géographiques et un partenariat sur la «connectivité» (transports, infrastructures) seront également annoncés – véritables miroirs des négociations UE-Chine lors de leur 20e sommet à Pékin en 2018.

Un G7 anglais résolument anti-chinois

Mais si Bruxelles semble se détourner temporairement de Pékin, essentiellement dans le domaine commercial, une franche hostilité s’organise dans d’autres enceintes où l’Europe joue un rôle de premier plan. C’est le cas du G7 qui rassemble, en plus du Canada, des Etats-Unis et du Japon, les trois premières économies européennes, Allemagne, France et Italie, ainsi que le Royaume-Uni, hôte fraichement déconfiné du sommet.

Alors qu’il devait officiellement y être surtout question de relance post-covid et de solidarité internationale, le ministre britannique des affaires étrangères, Dominique Raab en a fait un véritable forum anti-chinois accouchant d’une déclaration remplies d’accusations graves contre la Russie et la Chine, dignes d’une période de guerre froide. On y lit notamment : «Nous demeurons vivement préoccupés par les violations des droits de l’Homme et les atteintes aux droits de l’Homme au Xinjiang et au Tibet, en particulier à l’encontre des Ouïghours, de membres d’autres minorités ethniques et religieuses, par l’existence d’un vaste réseau de camps de «rééducation politique» et par les informations faisant état de systèmes de travaux forcés et de stérilisation forcée.»

S'exprimant à Pékin, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a condamné la déclaration et dénoncé des «accusations sans fondement» constituant une ingérence dans les affaires intérieures de la Chine. Il a aussi évoqué une «destruction capricieuse des normes des relations internationales».

Enfin, la marine française a récemment rejoint les manœuvres du Quad, alliance militaire anti-chinoise composée de l’Inde, de l’Australie, du Japon et des Etats-Unis pour une démonstration de force dans la zone indo-pacifique.

Alors que se multiplient les signes de constitution d’un bloc occidental pour contrer la Chine, on peut se demander quels buts poursuit l’Union européenne dans ces mouvements. Les chiffres du commerce extérieur des 27 avec les deux grandes puissances rivales apportent des éléments de réponse : en 2020, l’UE a encore vu s’aggraver son déficit commercial avec la Chine pour atteindre 181 milliards d’euros contre 164,7 un an auparavant. Dans le même temps, l'excédent des 27 avec les Etats-Unis s’est maintenu à environ 150 milliards d'euros. Et cet excédent est en hausse nette sur les trois premiers mois de l’année où il atteint 50 milliards de dollars (41,3 milliards d’euros) contre 40 (33) l’an passé, l’Allemagne et l’Irlande raflant à elles-deux 60% de cet excédent.

Ivan Lapchine

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»