Veolia lance une OPA sur Suez, Bruno Le Maire veut saisir le gendarme de la Bourse

Veolia lance une OPA sur Suez, Bruno Le Maire veut saisir le gendarme de la Bourse© STEPHANE MAHE Source: Reuters
Le logo de Veolia à Nantes le 5 octobre 2020 (photo d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

Le géant de l'eau a changé de stratégie, après des mois de négociations amicales, afin d'acquérir les 70,1% du capital de son concurrent qu'il ne possède pas encore. Le ministre de l'Economie a annoncé saisir le gendarme de la Bourse le 8 février.

Après plusieurs mois de négociations infructueuses, Veolia a décidé d'agir en proposant 7,9 milliards d'euros pour acquérir son concurrent Suez, comme annoncé dans un communiqué le 7 février 2021.

Le numéro un français de l'eau et des déchets, qui a acheté en octobre 29,9% du capital de Suez, a expliqué que «ses tentatives répétées d'amicalité, réitérées dans sa proposition d’offre du 7 janvier 2021, se sont toutes heurtées à l'opposition» de sa cible. Face à l'intransigeance de son concurrent, le conseil d'administration de Veolia a lancé une offre publique d'achat au prix de 18€ par action, sur les 70,1% du capital qu'il ne détient pas, soit une opération d'un montant total de 7,9 milliards d'euros en numéraire, qui valoriserait l'entreprise à 11,3 milliards d'euros.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé le 8 février que le gendarme de la Bourse de Paris allait être saisi «dès ce matin» : «Cette offre n'est pas amicale et cela contrevient aux engagements qui ont été pris à plusieurs reprises par Veolia. Elle pose aussi des questions de transparence. Pourquoi est-ce que, subitement, cette offre a été déposée ? Donc nous allons saisir l'Autorité des marchés financiers dès ce matin», a-t-il expliqué sur Europe 1.

Le tribunal de commerce de Nanterre, saisi en urgence le 7 février au soir par Suez, s'est réuni dans la nuit, selon les avocats du requérant. Dans son ordonnance, il ordonne à Veolia de suspendre le lancement de toute OPA contre son concurrent, dans l'attente d'un débat au fond sur ses précédents engagements d'amicalité.

Auprès de l'AFP, une porte-parole de Suez a indiqué que Veolia est «dans l'impossibilité juridique de déposer une OPA», dénonçant une «rupture de l'engagement d'amicalité» pris par l'entreprise. «Nous ne laisserons pas faire Veolia dans son entreprise de destruction», a déclaré l'intersyndicale de Suez (CGT, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC) parlant d'une OPA «hostile contre Suez et ses salariés», synonyme de «déclaration de guerre sans retour».

«Une alchimie à l'envers, pour transformer l'or en plomb»

Le PDG de Veolia Antoine Frérot a expliqué que son groupe souhaitait créer un «super champion français» du secteur, un «projet dans l'intérêt de la nation» lancé depuis fin août. Mais Suez craint un «démantèlement», son directeur général Bertrand Camus évoquant cette OPA comme «une alchimie à l'envers, pour transformer l'or en plomb».

Mais le dialogue semblait avoir repris ces derniers jours entre les deux parties. Le 2 février, Bruno Le Maire estimait qu'une solution amiable était «à portée de main». Philippe Varin, le président du conseil d'administration de Suez, avait annoncé à l'AFP le 3 février que les deux groupes devaient commencer à se parler «très, très prochainement». Le 5 février, Antoine Frérot et Bertrand Camus se sont même rencontrés, d'après une source proche du dossier. Avant ce nouveau retournement de situation, le 7 février au soir.

Le conseil d'administration de Suez a désormais «un mois pour émettre une recommandation sur cette offre», qui permet de lancer la consultation des instances représentatives du personnel et d'espérer boucler «les négociations permettant la création d'un nouveau Suez», a déclaré un porte-parole de Veolia à l'AFP.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix