Paris oppose un refus «clair et définitif» au rachat de Carrefour par le Canadien Couche-Tard

- Avec AFP

Paris oppose un refus «clair et définitif» au rachat de Carrefour par le Canadien Couche-Tard© Eric Thomas
Un logo Couche-tard à Montréal, Québec, le 13 janvier 2021. (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Au nom de la sécurité alimentaire des Français, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a exprimé son opposition à un rachat de Carrefour par le groupe canadien Couche-Tard. Celui-ci comptait investir 16 millards d'euros dans le géant français.

Le gouvernement français oppose un refus «clair et définitif» au rapprochement entre les groupes de distribution français Carrefour et canadien Couche-Tard, a affirmé ce 15 janvier le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire. 

Couche-Tard a «récemment soumis à Carrefour une lettre d'intention non-engageante en vue d'un rapprochement amical», sur la base d'un prix de 20 euros par action qui valoriserait le distributeur français à plus de 16 milliards d'euros hors dette, annonçait un communiqué du groupe canadien publié le 13 janvier.

«Ma position, c'est un non courtois, mais clair et définitif», a insisté le ministre lors d'un entretien aux médias BFMTV et RMC, après avoir fait savoir le 13 janvier qu'il n'était «a priori pas favorable» à une telle opération, au nom de la «sécurité alimentaire» des Français.

«Cette crise sanitaire nous a appris une chose : c'est que la sécurité alimentaire n'a pas de prix», a défendu Bruno Le Maire, évoquant le rôle de la grande distribution pendant le premier confinement pour assurer l'approvisionnement des Français. «La sécurité alimentaire est stratégique pour notre pays et donc on ne cède pas l'un des grands distributeurs français», a-t-il encore affirmé, ajoutant que «Carrefour est le premier employeur privé de France avec près de 100 000 salariés» et que le groupe «représente près de 20% de la distribution alimentaire dans notre pays».

Réglementation resserrée sur les investissements étrangers

Pour s'opposer à ce rachat, le gouvernement peut s'appuyer sur la réglementation sur le contrôle des investissements étrangers qui lui permet de bloquer des opérations de rachat dans l'industrie agro-alimentaire. «Nous avons l'instrument juridique à notre disposition, je préfère ne pas avoir à l'employer», mais le ministère de l'Economie l'actionnera «s'il le faut», a fait valoir Bruno Le Maire.

Depuis janvier 2020, le gouvernement peut bloquer une acquisition lorsque l'investisseur étranger envisage d'acquérir au moins 25% du capital d'une société française. Avant cette date, le seuil était fixé à 33,33%. En avril dernier, ce seuil a même été abaissé à 10%, d'abord jusqu'à fin 2020, puis jusqu'en décembre 2021, du fait de la crise sanitaire. Et cela pour «éviter que des entreprises dont la valorisation serait fragilisée fassent l'objet de rachat à vil prix», explique à l'AFP Vincent Brenot, avocat associé au cabinet August & Debouzy.

Ce droit de blocage ne concerne toutefois que certains secteurs jugés stratégiques. D'abord limité aux domaines de la défense ou de la sécurité, il a été progressivement étendu depuis 2014 à l'énergie, aux transports, aux télécoms ou à la santé, puis plus récemment à l'aérospatiale, la presse d'information générale, la sécurité alimentaire ou les technologies quantiques.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»