Bruno Le Maire estime que «les Etats-Unis ne sont plus un partenaire amical des européens»

Bruno Le Maire estime que  «les Etats-Unis ne sont plus un partenaire amical des européens»© Ludovic Marin Source: AFP
Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, le 4 novembre à l'Elysée.

Bruno Le Maire estime que l'élection américaine ne «changera pas grand-chose» aux intérêts commerciaux de la France. Le ministre a ajouté que «les États-Unis ne sont plus un partenaire amical des Européens depuis de nombreuses années».

Interrogé par Radio Classique, le 4 novembre, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, était invité à commenter les résultats des élections américaines. «Il ne faut se faire aucune illusion, depuis de longues années les Etats-Unis ne sont plus un partenaire amical des Européens», a estimé le ministre alors que les résultats s'annoncent serrés entre Donald Trump et Joe Biden.

Bruno Le Maire a regretté la rivalité qui existe entre l'Europe et les Etats-Unis : «Nous sommes frappés par des sanctions américaines», a-t-il indiqué en exemple. Pour l'ancien député, la Chine, et plus largement l’Asie, sont au cœur de la réflexion américaine, et «l’Europe est une variable d’ajustement». Peu importe le vainqueur des élections américaines, cela «ne change rien à ce fait stratégique», a appuyé Bruno Le Maire, insistant : «Le continent américain s’est détaché du continent européen.»

Taxer les GAFA, un objectif pour Bruno Le Maire

Le ministre de l'Economie s'en est aussi pris aux géants du numérique, aussi puissants que les Etats et qui sont leurs «adversaires», a-t-il dénoncé. Il s'est ainsi déclaré favorable à taxer les GAFA autant les entreprises françaises, en faisant référence en particulier à Amazon, mais aussi à Facebook, Google, Apple et Twitter.

«L'un des plus grands défis du XXIe siècle [...] c'est l'émergence de géants du numérique qui sont aussi puissants que des Etats, aussi puissants financièrement, aussi puissants technologiquement, aussi puissants en termes commerciaux», a expliqué le ministre français.

Le ministre de l'Economie a souligné son combat «pour que ces géants du digital soient taxés au même niveau que les entreprises françaises», se félicitant que cet objectif soit «relayé désormais par la Commission européenne». «Ce combat, nous le gagnerons», a assuré Bruno Le Maire pour qui «la question de la lutte contre les géants du numérique est une question non pas simplement économique, elle aussi politique, sociale et financière».

Après l’échec des négociations sur la taxation des GAFA au niveau mondial au début du mois d'octobre, le ministre français de l’Economie a annoncé le 18 octobre, lors de l'émission Dimanche en Politique sur France 3, la réactivation de la taxe au niveau national. Elle avait été suspendue après des menaces américaines de sanctions. «Nous avions suspendu la perception de la taxe le temps que la négociation de l'OCDE aboutisse. Cette négociation a échoué, nous percevrons donc une taxe sur les géants du digital en décembre prochain», avait annoncé Bruno Le Maire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»