Fermeture de l’usine Bridgestone à Béthune : le gouvernement dénonce une «trahison»

- Avec AFP

Fermeture de l’usine Bridgestone à Béthune : le gouvernement dénonce une «trahison» Source: AFP
Des salariés de l'usine du fabricant de pneumatiques japonais Bridgestone à Béthune se rassemblent dans la cour, le 16 septembre 2020, après l'annonce de la fermeture du site.

A l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement s’en est pris à la direction du fabricant de pneumatiques japonais. Il l’accuse d’avoir trahi la confiance que le gouvernement et la région ont placé en lui.

Lors d'une conférence de presse à l’issue du Conseil des ministres ce 16 septembre, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a estimé que l'annonce de la fermeture de l'usine Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais), qui emploie 863 personnes, était «une trahison de la confiance» que l'Etat et la région Hauts-de-France avaient placée dans le groupe japonais.

«C'est un choc, mais c'est aussi une décision brutale sur la forme, incompréhensible sur le fond [et] Bridgestone doit aujourd'hui assumer ses responsabilités plutôt que de chercher des prétextes», a-t-il déclaré lors du compte rendu du Conseil des ministres.

Dans un communiqué commun, publié sur le compte Twitter de Xavier Bertrand, le gouvernement et le président de la région Hauts-de-France avaient déjà dénoncé «la brutalité» de l'annonce et demandé l'étude de «scénarios alternatifs».

Le PDG de Bridgestone Europe Afrique et Moyen-Orient, Laurent Dartoux, a expliqué à l'AFP que la décision de fermeture, était destinée à «préserver la viabilité des opérations de l'entreprise», et était causée par «des problèmes de marché structurels».

«C'est l'entreprise qui a sous-investi dans le site de Béthune au profit d'autres sites [et qui] a été incapable d'instaurer les conditions d'un dialogue social sain», a accusé le porte-parole du gouvernement. Il s’est également plaint que l'entreprise «n'[ait] fait aucune proposition quand l'Etat et la région Hauts-de-France ont présenté des mesures de soutien dans le cadre du plan de relance».

Demande de «scénarios alternatifs»

Gabriel Attal a par ailleurs annoncé que les représentants du personnel et les élus du territoire seraient réunis «dans les prochains jours» et qu'il serait exigé de Bridgestone de «mener une étude approfondie des scénarios alternatifs de fermeture de l'usine compte tenu des moyens qui sont mis en place dans le plan de relance».

L'usine de Béthune, qui produit des pneumatiques pour l'automobile sous les marques Bridgestone et Firestone, connaît des difficultés de longue date. Elle est, selon la direction, «la moins performante» parmi la dizaine d'usines du groupe en Europe. En une décennie, ses effectifs ont chuté de 40%, au même rythme que ses volumes de production dans un marché stable.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»