Brexit : Boris Johnson se donne six semaines pour négocier un accord ou s'en passer définitivement

Brexit : Boris Johnson se donne six semaines pour négocier un accord ou s'en passer définitivement Source: Reuters
Le Premier ministre britannique Boris Johnson prend la parole lors de la séance hebdomadaire des questions au Parlement à Londres, le 4 septembre 2020 (illustration).

A la veille du démarrage de l’ultime phase de négociations pour un accord de libre-échange avec l’Union européenne, le Premier ministre britannique a fixé sa date butoir. Au-delà il n’envisage plus que des discussions sur des accords partiels.

«L'UE a été très claire au sujet du calendrier. Moi aussi. Il doit y avoir un accord avec nos amis européens d'ici au Conseil européen le 15 octobre pour qu'il entre en vigueur d'ici à la fin de l'année», a déclaré le Premier ministre britannique  Boris Johnson, dans un communiqué de presse rapporté par l’AFP.

Bruxelles avait de son côté évoqué la nécessité d'un accord d’ici à fin octobre pour permettre une ratification par les parlements des 27 pour une entrée en vigueur au début de l’année prochaine.

«Si nous ne pouvons pas nous mettre d'accord d'ici là [le 15 octobre], je ne vois pas comment il pourrait y avoir d’accord de libre-échange entre nous, et nous devrons tous deux l'accepter et passer à autre chose», a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a toutefois laissé entendre que le Royaume-Uni ne cesserait pas de parler avec l’UE «même dans ces circonstances», laissant la porte ouverte à «des aménagements raisonnables sur des questions pratiques telles que les vols, le transport par camion ou la coopération scientifique, si l'UE le souhaite». Autrement dit la perspective de mini-accords sur des domaines précis, ce qui n’est pas envisagé jusqu’ici par l’UE.

«Notre porte ne sera jamais fermée et nous échangerons en amis et en partenaires, mais sans accord de libre-échange», a encore précisé Boris Johnson.

Les deux écueils : pêche et concurrence non faussée

Les principaux points de friction sont l’accès des bateaux européens aux eaux de pêche du Royaume-Uni et ce que Bruxelles appelle le «level playing field» pour désigner des «règles jeu du équitable», c’est-à-dire, autorisant du point de vue de Bruxellles «une concurrence non-faussée».

L’UE veut en effet empêcher que les entreprises britanniques puissent concurrencer les entreprises européennes en abaissant leurs normes environnementales ou sur les conditions de travail, ou injectant de l'argent public dans les industries britanniques.

La Grande-Bretagne accuse Bruxelles de vouloir imposer au Royaume-Uni des contraintes qui ne l'ont pas été à d'autres pays avec lesquels ont été conclus des accords de libre-échange, comme le Canada.

Nous n'accepterons pas des dispositions sur des règles du jeu équitables qui nous enferment dans la manière dont l'UE fait les choses

Le négociateur britannique David Frost a déclaré ce week-end au journal britannique Mail on Sunday que la Grande-Bretagne «n'allait pas faire de compromis sur les principes fondamentaux du contrôle de [ses] propres lois» et précisé : «Nous n'accepterons pas des dispositions sur des règles du jeu équitables qui nous enferment dans la manière dont l'UE fait les choses».

Coup de théâtre sur l'Irlande

Autre signe de problèmes potentiels à venir, le Financial Times a rapporté que le gouvernement de Johnson prévoyait une législation nationale qui remettrait en cause ses engagements à maintenir une frontière ouverte entre l'Irlande du Nord du Royaume-Uni et l'Irlande, membre de l'UE. La garantie à la frontière était un élément clé de l'accord de divorce juridiquement contraignant conclu entre la Grande-Bretagne et le bloc l'année dernière.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déjà réagi sur son compte twitter officiel en écrivant : «Je fais confiance au gouvernement britannique pour mettre en œuvre l'accord de retrait, une obligation en vertu du droit international et une condition préalable à tout partenariat futur. Le protocole sur l'Irlande / l'Irlande du Nord est essentiel pour protéger la paix et la stabilité sur l'île et l'intégrité du marché unique.»

Quant au négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, il a déclaré dans la matinée du 7 septembre sur les ondes de France Inter : «Tout ce qui a été signé dans le passé doit être respecté. C'est le gage de la confiance pour l'avenir.»

Michel Barnier doit se rendre demain à Londres pour le huitième et dernier cycle de négociations visant à déterminer dans quelles conditions le Royaume-Uni continuera à commercer avec l'Union après la période de transition à partir de 2021.

Les derniers jours ont déjà été marquées par des accusations mutuelles entre les négociateurs, Michel Barnier reprochant Londres de ne montrer «aucune volonté de compromis» et le Britannique David Frost assénant que le Royaume-Uni ne deviendrait pas un «Etat vassal».

Le Royaume-Uni a formellement quitté l'UE le 31 janvier, près de quatre ans après un référendum historique marquant la fin de presque 50 ans d'appartenance à l'Union européenne, mais il reste régi par la réglementation européenne jusqu'à fin décembre, tandis que les deux parties tentent de conclure un accord de libre-échange.

 

Lire aussi : Démission du commissaire européen Phil Hogan pour un dîner mondain en Irlande en plein Covid


Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»