Bruno Le Maire «supplie» les entreprises du bâtiment d'éviter le recours aux travailleurs détachés

Bruno Le Maire «supplie» les entreprises du bâtiment d'éviter le recours aux travailleurs détachés© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Bruno Le Maire demande aux entreprises du bâtiment de faire un effort sur le travail détaché (image d'illustration).

Le ministre de l'Economie a assuré que l'Etat allait soutenir les entreprises du bâtiment. Il les a suppliées de limiter au strict minimum le recours aux travailleurs détachés. Marine Le Pen et Florian Philippot ont moqué cette intervention.

Bruno Le Maire a tenu à rassurer les patrons du bâtiment le 27 août lors des universités d'été de l'organisation patronale du Medef. Le ministre de l'Economie leur a ainsi promis plusieurs milliards d'euros d'aide du futur plan de relance. «A tous les entrepreneurs du bâtiment, des travaux publics, nous allons vous soutenir massivement, nous allons accélérer la rénovation énergétique des bâtiments et nous allons mettre des milliards d'euros pour accélérer ces projets», leur a-t-il notamment dit. Bruno Le Maire les a toutefois suppliés pour qu'ils emploient davantage d'ouvriers français et réduisent l'embauche des travailleurs détachés : «Mais je vous en supplie, limitez au strict minimum, au strict minimum, le recours aux travailleurs détachés. Faites travailler les ouvriers français. Engagez les jeunes, formez-les, qualifiez-les, parce que de ça dépend le succès du plan de relance.»

Applaudi par l'assistance, Bruno Le Maire a aussi regretté que les délocalisations d'usines de ces dernières décennies aient permis au Front national (FN) de s'installer dans les territoires. La présidente du Rassemblement national (RN, ex-FN) Marine Le Pen, a d'ailleurs commenté avec ironie le discours du ministre, voyant dans sa réponse un manque de courage : «Voilà où en est notre pays : devoir supplier les entreprises de ne pas appliquer le dumping social et la concurrence déloyale imposés par l’UE. Un peu de courage que diable : interdisez le travail détaché !»

L'eurodéputé RN Jordan Bardella a également commenté : «[Emmanuel] Macron s'était vanté d'avoir arraché un accord "ambitieux" sur le travail détaché. Trois ans après, Bruno Le Maire supplie les employeurs de ne pas y avoir recours ! Un pays dépossédé de sa souveraineté est un pays soumis. Cette directive doit être abrogée !»

Le président des Patriotes, Florian Philippot, voit également un hiatus entre les directives de l'Union européenne et la volonté de Bruno Le Maire qui ne pourrait faire que «supplier» : «Le ministre français de l’Economie "supplie" les entreprises de ne pas recruter des travailleurs détachés... Tout simplement parce que membre de l’UE, la France est obligée d’appliquer cette directive ! Les eurogagas supplient. Les Patriotes préfèrent le Frexit, vite !»

Le 28 août, le président Emmanuel Macron a d'ailleurs tweeté, comme un prolongement au discours de Bruno Le Maire : «Nous devons relocaliser et recréer des forces de production sur nos territoires.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»