Covid-19 : pourquoi les masques sont-ils encore chers en France ?

Covid-19 : pourquoi les masques sont-ils encore chers en France ?© PATRICIA DE MELO MOREIRA Source: AFP
Des masques jetables dans une usine Cascais, dans la banlieue de Lisbonne, le 5 juin 2020 (image d'illustration).

Le JDD a décrypté les mécanismes ayant mené à l'explosion du prix des masques pendant la crise sanitaire et la raison pour laquelle ils sont encore chers en France, malgré une très forte baisse des prix constatée chez les producteurs asiatiques.

Rendu obligatoire dans les lieux publics clos mais également à l'extérieur dans certains cas, le masque de protection n'est pas gratuit pour autant. Selon une enquête du Journal du Dimanche (JDD) publiée le 8 août, le prix du masque jetable est passé d'environ 0,05 euro pièce en pharmacie «pour le grand-public» avant la crise à «au moins dix fois plus» aujourd'hui. Le prix à l'unité du masque est par ailleurs plafonné par décret à un maximum de 0,95 euro TTC. 

Explosion de la demande et raréfaction des matières premières

En Chine en mars-avril, précise le JDD, les masques s'achetaient 0,20 euros pièce à la sortie de l'usine et étaient importés par avion (contrairement aux bateaux habituels, moins chers) ce qui portait avec les taxes à 0,40 euros pièce ces équipements de protection, qui étaient vendus «quasiment à prix coûtant» en France.

Selon un expert gouvernemental interrogé par le JDD, «la principale ­matière première», le meltblown (voile non tissé en polypropylène), est par ailleurs «devenue rare, donc chère». Autre facteur, la concurrence entre les acheteurs qui aurait mené à une «incroyable ­volatilité» des prix au printemps, selon une autre personne interrogée.

D'importantes réserves de masques faites aux prix forts

Désormais, précise le JDD, la situation a changé et ces masques jetables se vendent «0,07 euro en Chine et même à 0,04 euro en Inde» à la sortie des usines, en raison notamment d'une importante concurrence entre les fabricants. Avec une livraison par bateau, le masque jetable pourrait être livré en France pour «0,12 euro maximum».

Le maintien d'un prix élevé du masque à la vente serait dû, selon une personne interrogée dans l'enquête du JDD, aux «réserves pléthoriques» accumulées dans l'Hexagone «au plus fort de la crise», donc au moment où les masques se vendaient le plus cher. Interrogée par le JDD, la ministre déléguée chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a par ailleurs rappelé qu'il était interdit de vendre à perte. 

Le prix du masque devrait donc logiquement baisser quand les stocks accumulés précédemment auront été écoulés. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»