Aéronautique : malgré 15 milliards d’aides, le secteur pourrait perdre des milliers d’emplois

Aéronautique : malgré 15 milliards d’aides, le secteur pourrait perdre des milliers d’emplois Source: AFP
Des ouvriers se rassemblent devant le dernier convoi de l'Airbus A380 MSN 272 à livrer à la compagnie Emirates avant d'atteindre le site d'Airbus, à L'Isle-Jourdain, dans le sud de la France, fin le 17 juin 2020 (illustration).

Invoquant l’effondrement du transport aérien, le patron d’Airbus a laissé entendre que des réductions d’effectifs étaient envisagées. Mais la CGT se réfère à un carnet de commande plein et dénonce l’«instrumentalisation d’une crise conjoncturelle».

L’«effort total de 15 milliards d’euros de la nation» au bénéfice du secteur de l’aéronautique, annoncé le 8 juin, et les mesures d’activité partielle, qui ont déjà coûté des dizaines de milliards à la collectivité, n’auront pas suffi à éviter une saignée dans le secteur aéronautique. Des milliers d’emplois sont menacés chez Airbus et ses nombreux sous-traitants.

Le 14 juin, l’AFP, se référant à une source chez l’avionneur européen, révélait que son président exécutif Guillaume Faury avait annoncé aux principaux responsables du groupe la préparation d’un plan de restructuration. Quelques jours plus tard, le quotidien La Tribune révélait la teneur d’une lettre adressée aux salariés les préparant à un «plan d'adaptation».

Dans ce courrier que La Tribune dit s’être procuré, Guillaume Faury expliquait que l’entreprise avait perdu plus d’un tiers de son activité dans l’aviation commerciale ; n’envisageait pas de retour à la normale avant 2023-2025 et prévenait : «Une réduction significative du format de notre entreprise est envisagée.»  

Dès la mi-mai, le quotidien britannique The Telegraph pronostiquait déjà, d’après une source interne à Airbus et non confirmée, 10 000 suppressions de postes sur 135 000 dans le monde. Airbus pourrait avoir recours aux dispositifs de préretraite, de départ volontaire et peut-être également au gel des embauches.

Mais si cela ne suffit pas, des plans de licenciement devraient être mis en œuvre. La CGT, première organisation syndicale représentative de la filière aéronautique en Occitanie, appelle à une journée d’action et de mobilisation dans la région le 9 juillet pour défendre l’emploi dans ce secteur très impacté par la crise sanitaire.

Au-delà d’Airbus, c’est toute la filière aéronautique française qui est menacée, en particulier dans le sud-ouest de la France où elle est très présente. Avec 110 000 emplois directs, elle est le premier employeur privé dans plusieurs départements de la région Occitanie où la CGT invite les salariés à «exprimer leur ras-le-bol et leur colère».

«Un chantage à l’emploi»

Alors que dans plusieurs entreprises de l’aéronautique, des négociations s’ouvrent autour d’accords de performance collective (APC) qui permettent de moduler le temps de travail et par conséquent les salaires, la CGT dénonce «un chantage à l’emploi».

«Après Derichebourg Aeronautics Services où un APC a déjà été signé, des discussions sont en cours pour remettre en cause des acquis sociaux au sein du groupe d’ingénierie Expleo, ex-Assystem ou encore chez Mecachrome, Safran et chez le fabricant de fixations Blanc Aero dans l’Aveyron», explique Lionel Pastre, secrétaire régional CGT Occitanie cité par l’agence Reuters.

Pour la centrale syndicale : «Dans de nombreuses entreprises, la crise du Covid est une opportunité pour faire des compressions d’effectifs, imposer des baisses de salaire.» La CGT redoute également que ce qu’elle appelle «instrumentalisation d’une crise conjoncturelle» ne débouche sur une «crise structurelle» qui mettrait à genoux les sous-traitants, très dépendants d’Airbus et des grands donneurs d’ordre.

Se référant à la lettre adressée par Guillaume Faury aux salariés, la CGT l’accuse de «noircir le tableau». «Nous avons 7 600 avions à fabriquer, huit années de carnet commande devant nous. En mai, nous n’avons eu aucune annulation. Les donneurs d’ordre, y compris Airbus noircissent le tableau pour faire accepter aux salariés des gains de productivités», estime Michel Molesin, coordinateur CGT chez Airbus cité par Reuters.

Xavier Petrachi, délégué syndical Airbus, dit envisager «tous les scénarios possibles» concernant les prochaines annonces d’Airbus. «Accord de performance collective, suppression d’emplois, cession de site, tout est possible comme à l’époque de Power 8», a déclaré à Reuters le syndicaliste, faisant référence au plan de restructuration mis en œuvre par le groupe en 2007.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»