Sommet UE-Chine : Ursula von der Leyen s’impatiente et demande à Pékin d’ouvrir son marché

Sommet UE-Chine : Ursula von der Leyen s’impatiente et demande à Pékin d’ouvrir son marché Source: Reuters
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors du sommet virtuel avec le président chinois Xi Jinping à Bruxelles, Belgique le 22 juin 2020.

La présidente de la Commission européenne a fait preuve de pragmatisme et de détermination lors de son premier sommet avec la Chine. Sa priorité : l’ouverture du marché chinois et la protection des investissements européens.

«Nous continuons à avoir une relation commerciale et d'investissement déséquilibrée. Nous n'avons pas réalisé les progrès que nous souhaitions dans la déclaration du sommet de l'année dernière pour surmonter les obstacles à l'accès aux marchés [chinois]», a déclaré Ursula von der Leyen lors de la conférence de presse qui a suivi le 22e sommet entre l’Union européenne et la Chine.

Cette réunion sino-européenne qui s’est tenue le 22 juin par visioconférence dans un format réduit était la première pour la nouvelle commission qui a pris ses fonctions à l’hiver 2019. Elle a réuni le chef de l’exécutif européen Ursula von der Leyen et le président du Conseil Charles Michel d’un côté, le président Xi Jinping et le Premier ministre Li Keqiang de l’autre.

La présidente a immédiatement montré ses priorités : réduire le déficit commercial de l’Union européenne dans ses échanges de biens (164 milliards d’euros) et parvenir d’ici la fin de l’année à signer l’accord sur les investissements en négociation depuis 2014.

Ursula von der Leyen a même laissé entendre que sans cet accord l’ensemble du programme de coopération, souvent appelé agenda Chine-UE 2020-2025, serait menacé. L’UE veut que ce document encadre de façon plus précise et contraignante la question des aides d’Etat, la protection de la propriété intellectuelle dans le cas des transferts de technologie, ainsi que les conditions d’une concurrence non-faussée. Sur ce dernier point le chef de l’exécutif européen a employé la formule «level playing field» désormais consacrée dans les négociations post-brexit avec le Royaume-Uni pour parvenir à l'accord sur leur relation future.

Visible irritation de la président de la Commission européenne

L’irritation de la nouvelle présidente de la Commission européenne semblait visible pendant la conférence de presse qui a suivi ce sommet virtuel. Reuters rapporte par ailleurs les propos de «diplomates européens» selon lesquels l’annulation par l’Allemagne du sommet Chine-UE, dans un format associant l’ensemble des chefs d’Etat ou de gouvernement des 27, à Leipzig en septembre, a été en réalité été motivée non par la crise sanitaire mais par l’absence de progrès dans les négociations de l’accord sur les investissements.

Ursula von der Leyen a également adopté une position offensive à propos de Hong Kong. Elle a évoqué «des conséquences très négatives» si Pékin persistait à imposer à sa région administrative spéciale la controversée Loi de sécurité nationale. La Chine est le premier partenaire commercial de l’UE, vers laquelle elle a exporté en 2019, pour 198 milliards d’euros de marchandises, en important pour 362 milliards d’euros. Les échanges de services ont atteint 76 milliards d’euros avec un léger excédent pour l’Union européenne.

L'approche de l'UE à l'égard de la Chine a été définie dans un document conjoint de la Commission et du haut représentant pour la politique extérieure et la sécurité adopté en 2016 et mis à jour en 2019. Il note de rapides et importantes évolutions de cette relation au cours des dernières années et présente désormais Pékin à la fois comme «un partenaire de coopération, un partenaire de négociation, un concurrent économique et un rival systémique».

La Chine a abordé ce sommet dans un état d’esprit très différent et a semblé plus à la recherche de bénéfices politiques dans sa compétition globale avec les Etats-Unis, que les hauts responsables n’ont pas cités dans des déclarations pourtant limpides. «Il n'y a pas de conflit d'intérêts fondamentaux entre la Chine et l'Europe. La coopération est meilleure que la concurrence, et le consensus est bien plus important que le désaccord », a déclaré le président chinois Xi Jinping cité par Le Quotidien du peuple, organe officiel du Parti communiste chinois depuis 1948.

Les deux moteurs de l'économie mondiale

Le président chinois a aussi estimé que les économies chinoises et européennes «[devaient] jouer le rôle des deux moteurs de l'économie mondiale, promouvoir le redressement de l'économie mondiale, soutenir conjointement une reprise scientifique et ordonnée du travail et de la production, renforcer la coordination de la politique macroéconomique, et maintenir la stabilité et la fluidité des chaînes industrielles et d'approvisionnement».

Peu avant ce premier sommet virtuel, Zhang Ming, chef de la mission diplomatique chinoise auprès de l'UE, avait expliqué à l’agence de presse chinoise Xinhua que ce 22e sommet serait une importante occasion de discuter des moyens à la disposition des deux parties pour rendre leurs relations bilatérales «plus productives et plus substantielles après la pandémie».

Nervosité à Washington

Ce sommet était observé avec attention depuis Washington et une semaine auparavant, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo avait manifesté sa nervosité à propos de la relation Chine-UE lors d’une visioconférence «sur la démocratie» intitulée «L'Europe face au défi chinois» où son principal interlocuteur était le Danois Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l’Otan.

Lors de cet entretien, le secrétaire d’Etat américain a expliqué qu’il avait pris conscience que ses partenaires européens redoutaient d’avoir à choisir entre la Chine et les Etats-Unis ce qui n’est selon lui «pas le cas». «C’est le parti communiste chinois qui force ce choix. Le choix n’est pas entre les Etats-Unis [et la Chine] ; c’est entre la liberté et la tyrannie», a-t-il précisé.

Mais Mike Pompeo n’a pas évoqué les points de désaccords très forts entre les Etats-Unis et l’UE comme le retrait unilatéral de Washington des accords de Paris sur le changement climatique ou sur le nucléaire iranien. Quelques jours plus tard les Etats-Unis quittaient également la table des négociations sur une juste taxation des grandes entreprises du numérique, menées sous l’égide de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Et fin mai, Donald Trump avait aussi annoncé qu'il claquait la pore de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Ivan Lapchine

Lire aussi : La Chine et les Etats-Unis «au bord d'une nouvelle Guerre froide», selon Pékin


Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»