«Travailler davantage» : mais qu'a voulu dire Emmanuel Macron ?

«Travailler davantage» : mais qu'a voulu dire Emmanuel Macron ? Source: AFP
Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire (g.) et le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gerald Darmanin (d.) donnent à une conférence de presse après la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres le 10 juin 2020 à Paris (illustration).

La phrase «travailler et produire davantage», prononcée par le président de la République lors de son allocution, a suscité perplexité et commentaires. Deux ministres ont même tenté d'apporter des explications, au demeurant fort différentes.

Dans l’allocution télévisée prononcée dimanche 14 juin au soir par le président de la République Emmanuel Macron, une phrase a suscité une certaine perplexité, de nombreux commentaires et une levée de boucliers des syndicats : «La seule réponse est […] de travailler et de produire davantage pour ne pas dépendre des autres.»

Des propos qui pourraient rappeler ceux du président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux rapportés par le 10 avril dans Le Figaro : «Il faudra bien se poser la question tôt ou tard du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise et faciliter, en travaillant un peu plus, la création de croissance supplémentaire.»

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT a été l'un des premiers à réagir en déclarant sur RTL, le lendemain de l'allocution présidentielle : «S'il s'agit de faire travailler plus les personnes déjà en emploi, c'est inepte».

Yves Verier, secrétaire général du syndicat Force ouvrière, a de son côté déclaré, sur la chaîne Public Sénat : «Si c'est pour nous dire que ceux qui ont du boulot, on va leur demander de se retrousser les manches, comme on l’entendait pendant la période du confinement, aller au-delà des 35h, au-delà même des 48h, […] si c'est rogner sur les jours de congés, les jours de repos, ouvrir le dimanche […] Nous ne serons pas d’accord.»

La veille, sur RTL, Yves Verier avait aussi évoqué la question des salaires en déclarant : «A cette question du travail, j'associe celle du salaire. Il ne faut pas revenir à l'antienne des dix, vingt dernières années, que le salaire est l'ennemi de l'emploi [...] Il ne faut pas que l'Etat orchestre une musique de baisse de salaires.»

Bien que la question des salaires n’ait pas été abordée par le président de la République, elle l’avait été par la ministre du Travail le 31 mai sur la chaîne LCI. Muriel Pénicaud avait alors appelé les entreprises à «négocier des accords de performance collective».

Ces derniers, prévus par les ordonnances de la loi travail 2, aussi appelées «ordonnances Pénicaud», permettent par exemple de réduire la rémunération des salariés en «aménageant» la durée de leur temps de travail.

Ça veut dire travailler tous,  [...] ça veut dire qu'il faut que le plus grand nombre de Français puissent trouver un travail

Le Maire et Darmanin en ordre dispersé 

A propos de l'idée de «travailler davantage», le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a proposé sa version dès le 15 juin sur France Info : «Ça veut dire travailler tous,  [...] ça veut dire qu'il faut que le plus grand nombre de Français puissent trouver un travail.»

Interrogé sur l'éventualité de demander aux Français de renoncer à des jours de congés, le ministre de l'Economie a répondu : «Non, je ne crois pas du tout que ce soit ce qu'a dit le président de la République. [...]. La lecture est très simple : il faut que nous travaillions tous.»

Sur BFMTV, Gérald Darmanin a apporté des réponses différentes en recommandant que «chaque entreprise décide avec ses salariés», n’excluant ni réduction, ni augmentation du temps de travail et expliquant : «On peut moins travailler dans une entreprise quand il y a moins de commandes […] ou plus travailler quand il y a plus de commandes.»

En moyenne hebdomadaire, les Français travaillent 36,3 heures, ce qui est un peu moins que les Britanniques et les Espagnols (36,8 et 36,4 heures), mais nettement plus que les Allemands et les Néerlandais (34,8 et 30 heures). En revanche, le taux d’emploi est nettement inférieur à la moyenne européenne. Il était en 2019, selon les calculs de l’OCDE de 71,8% contre 75,4% au Portugal, 79,9% en Allemagne, et 82,6% en Suède... où la durée hebdomadaire du temps de travail est inférieure à la moyenne française.

Lire aussi : Augmenter le temps de travail, l'idée de l'Institut Montaigne pour surmonter la récession

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»