L'OPEP décide de réduire sa production de pétrole

- Avec AFP

L'OPEP décide de réduire sa production de pétrole© Leonhard Foeger/Reuters Source: Reuters
Alexander Novak, ministre russe de l'énergie, et son homologue saoudien Abdelaziz bin Salman Al-Saoud, lors du sommet de l'OPEP du 6 décembre

L'OPEP et ses alliés ont convenu de réduire leur production d'or noir. Cette décision, qui contrevient aux demandes incessantes de Donald Trump, devrait entraîner une augmentation des prix.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) était réunie à Vienne ce vendredi 6 décembre 2019. Le cartel énergétique a décidé de réduire sa production d'hydrocarbures afin de soutenir les cours du pétrole. Cette décision fait suite aux demandes incessantes de Donald Trump, qui enjoignait l'OPEP d'augmenter sa production afin de permettre une baisse du cours du baril et d'asphyxier économiquement l'Iran et le Venezuela.

Une baisse de 500 000 barils par jour

Contrairement aux injonctions américaines, l'OPEP a commencé, dès aujourd'hui, à réduire sa production d'au moins 500 000 barils par jour.

L'Arabie saoudite (2e réserves prouvées avec 266 milliards de barils), a même fait part de son intention d'aller au-delà de cette baisse. Présente au sommet, la Russie a accepté cette proposition. Celle-ci n'est pas membre de l'OPEP, malgré ses importantes réserves de pétrole (7e stock mondial avec 80 milliards de barils prouvés), mais concerte souvent ses actions avec le cartel.

En réaction, les prix du pétrole ont fortement augmenté. A la Bourse de Londres, le baril de Brent de mer du Nord est passé à 64,6 dollars, soit une hausse de 1,92% par rapport à jeudi. A Wall Street, le baril de pétrole américain est passé à 59,5 dollars, soit une hausse de 1,85%.

Les membres de l'OPEP, qui représentent la moitié des stocks de pétrole mondiaux, entendent ainsi réagir à une demande énergétique en hausse. Résisteront-ils longtemps aux pressions de Donald Trump ? Non membres de l'organisation, les Etats-Unis détiennent les 10e réserves prouvées avec 36 milliards 520 millions de barils.

Lire aussi : Nord Stream 2, la Pologne veut infliger 40 millions d’euros d’amende à Engie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»