Fiat-Chrysler soupçonne General Motors de vouloir torpiller son projet de fusion avec PSA

Fiat-Chrysler soupçonne General Motors de vouloir torpiller son projet de fusion avec PSA Source: Reuters
Le 21 novembre 2019, le président-directeur général d'Exor et de Fiat Chrysler Automobiles, John Elkann, a réagi à l’attaque en justice de General Motors lors de la journée des investisseurs organisée par le groupe de la famille italienne Agnelli à Turin, en Italie.
Suivez RT France surTelegram

Le géant automobile de Detroit a porté plainte contre son concurrent italo-américain, qu’il accuse d’avoir corrompu les syndicats pour lui nuire. De son côté l’administration américaine s’intéresse de «très près» au projet de fusion

Dans un communiqué cité par Reuters, la société italo-américaine Fiat-Chrysler (FCA) a estimé le 21 novembre «sans fondement» la plainte pour corruption déposée contre elle par son concurrent américain General Motors (GM). Pour FCA, cette action en justice a pour but de perturber son projet de fusion avec le groupe français PSA (Peugeot, Citroën, Opel…) annoncé en début de mois.  

Au terme d’une des grèves les plus longues de son histoire et qui lui a coûté près de 2 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros) le constructeur de Detroit a en effet entamé une action en justice aux Etats-Unis, le 20 novembre, contre FCA. GM l’accuse d’avoir corrompu les responsables du syndicat américain de l’automobile United Auto Workers (UAW) pendant des années pour faire dérailler ses négociations salariales et de lui avoir causé un préjudice de plusieurs milliards de dollars.

John Elkann, président du groupe FCA, s’est toutefois montré confiant, le 21 à Turin, lors d’une réunion des actionnaires d’Exor, la holding tentaculaire qu’il préside également, et qui contrôle, outre FCA, le célèbre club de football turinois Juventus. Celui qui est aussi appelé à diriger le futur groupe né de la fusion a déclaré : «Le procès de GM sera traité en lieu et temps voulus, mais comme nous l'avons déjà dit, il est absolument sans fondement et ne nous inquiète donc pas.» Lors de cette réunion, il a estimé que le mémorandum préparant la fusion avec PSA serait signé d’ici la fin de l’année.

Selon une note de la banque JP Morgan, GM pourrait demander au moins 6 milliards de dollars de dommages et intérêts, mais le procès pourrait s’éterniser pendant des années. Selon la même source, en cas de victoire de GM dans ce procès, Ford Motors pourrait également demander d’énorme dommages et intérêts à FCA. 

L'administration du président Donald Trump examinera de très près le projet de fusion entre Fiat Chrysler et le propriétaire de Peugeot, PSA

L’administration américaine, qui n’a pas commenté cette passe d’arme entre FCA et GM, s’intéresse en revanche au projet de fusion entre le constructeur italo-américain et le groupe français. Ainsi, au début du mois, le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, a déclaré que «l'administration du président Donald Trump examinera[it] de très près le projet de fusion entre Fiat-Chrysler et le propriétaire de Peugeot, PSA». Dans un contexte de tensions commerciales avec le Chine, il avait aussi été interrogé sur la participation significative du constructeur automobile chinois Dongfeng au capital de PSA (12,2% d'actions et 19,5% des voix) et avait répondu : «En ce qui concerne l'histoire de la Chine, nous sommes évidemment vigilants et sur nos gardes.»

Lire aussi : Face à la guerre économique américaine le gouvernement français veut muscler la législation


 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix