Retraites : patronat et gouvernement convergent vers un allongement de la durée de travail

Retraites : patronat et gouvernement convergent vers un allongement de la durée de travail Source: AFP
Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bezieux, prône un «âge pivot» de départ en retraite lors d’une conférence de presse au siège de l’organisation patronale, à Paris, le 19 novembre 2019.
Suivez RT France surTelegram

Gouvernement et patronat veulent un allongement de la durée de travail d’ici 2025, soit avant l’entrée en vigueur prévue de cette réforme. Le collectif Réseau retraites dénonce «la baisse généralisée du niveau des pensions qui s'annonce».

Le Premier ministre Edouard Philippe recevra les 25 et 26 novembre les syndicats et organisations patronales pour une nouvelle séquence de concertation sur la réforme des retraites dont l’entrée en vigueur est prévue pour 2025.

Interviewé ce 21 novembre sur la radio publique France inter, il a expliqué qu’il leur demanderait leurs propositions pour résorber le déficit du système actuel évalué dans une fourchette comprise entre 7,9 milliards et 17,2 milliards d'euros d’ici 2025, selon le rapport du Comité d'orientation des retraites (COR).

La veille, le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, avait confirmé que des «décisions» seraient prises pour ramener le système à l'équilibre et installer le futur régime universel voulu par le gouvernement à l'horizon 2025 «sur une base de zéro déficit».

Sans remettre tout à fait en cause le principe d’un maintien de l’âge légal de départ en retraite à 62 ans, l’idée d’un allongement de la durée de travail pour une retraite à taux plein est envisagée par le président de la République Emmanuel Macron.

Lors d’un déplacement à Rodez (Aveyron) le 3 octobre le chef de l’Etat avait déclaré : «Si le COR nous dit "il manque 8-10 milliards", on devra dire "il faut travailler un peu plus longtemps"».

«Faire travailler plus longtemps les salariés et les fonctionnaires»

Un point de vue partagé par le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux qui a estimé lors d’une conférence de presse le 19 novembre que la bonne solution, consistait à «faire travailler plus longtemps les salariés et les fonctionnaires».

«Pour ça, la mesure la plus équilibrée, la plus juste, c'est l'âge pivot, parce que ça laisse une liberté de choix», a-t-il ajouté. Cet âge pivot ou «d'équilibre», selon le terme employé par le haut-commissaire aux retraites, dans ses Préconisations pour un système universel de retraiterendues en juillet pourrait être fixé à 64 ans, ce qui signifierait que les salariés partant à la retraite avant cet âge subiraient une décote de leur pension.

Parmi les trois leviers d’équilibrage du système de retraites évoqués dans le document du COR (montant des pensions, montant des cotisations, durée des cotisations) le président de la principale organisation patronale avait dit croire qu’augmenter les cotisations n’était «pas possible» et jugé «inacceptable» la baisse des pensions.

Réagissant au rapport du COR, le collectif Réseau retraites – qui regroupe différentes associations et organisations syndicales parmi lesquelles Attac, la CGT, les Economistes atterrés, le collectif citoyen Nos retraites – a dénoncé de son côté une «stricte opération de communication» et «un prétexte pour des mesures régressives avant même la retraite par points».

Plafonnement des dépenses de retraites 

Dans un communiqué de presse le Réseau retraites dénonce en outre «la baisse généralisée du niveau des pensions qui s'annonce» selon lui, du fait du «choix du gouvernement» de plafonner les dépenses de retraites «à leur niveau actuel (13,8% du PIB)» alors que la proportion de retraités dans la population augmente.

Plusieurs syndicats opposés à la réforme ont appelé à une grève interprofessionnelle le 5 décembre qui s'annonce très suivie, notamment dans les transports.

Lire aussi : A l'approche de la grève du 5 décembre, Emmanuel Macron trouve le pays «trop négatif»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix