A l'approche de la grève du 5 décembre, Emmanuel Macron trouve le pays «trop négatif»

- Avec AFP

A l'approche de la grève du 5 décembre, Emmanuel Macron trouve le pays «trop négatif»© Christophe ARCHAMBAULT Source: AFP
Emmanuel Macron, à l'inauguration d'un nouveau site de l'université d'Amiens le 21 novembre 2019.

En visite à Amiens, Emmanuel Macron a déploré face à des étudiants que la France soit actuellement un «pays trop négatif». Une déclaration qui intervient à quelques jours de la grève interprofessionnelle du 5 décembre, qui s'annonce très suivie.

Emmanuel Macron a-t-il (de nouveau) jeté de l'huile sur le feu avant une importante grève interprofessionnelle prévue le 5 décembre ? Au cours d'une visite à Amiens, répondant à des questions d'étudiants à l'inauguration du nouveau site de l'université, le président a ainsi déclaré : «On a l'impression si on s'écoute collectivement, si on branche la radio ou qu'on allume la télé, que tout est terrible […] En ce moment notre pays est, je trouve, trop négatif sur lui-même.»

Le chef de l'Etat a déploré les «violences dans la rue», après celles dans les universités et pour le premier anniversaire des Gilets jaunes. A l'approche du mouvement du 5 décembre, surveillé de très près par l'exécutif qui veut éviter une coagulation des revendications, Emmanuel Macron a d'ailleurs décidé d'alléger son programme international autour de cette période.

«Il n'y a pas de liberté sans ordre public dans la rue, il y a une liberté de manifester, il y a une liberté d'exprimer son opinion, mais il y a pas de liberté de casser», a insisté le président. Après l'acte désespéré d'un étudiant de 22 ans, qui a tenté de s'immoler par le feu à Lyon, il a affirmé que ce drame «nous rappel[ait], sans nous le faire découvrir, les difficultés de la vie étudiante». Il a aussi reconnu la difficulté pour certains jeunes de «se loger, se chauffer, parfois se nourrir».

Emmanuel Macron reconnaît traîner «comme un boulet» la baisse des APL

Mais quand «on parle des conditions étudiantes, comparons la France aux autres pays», a-t-il ajouté face à quelque 200 étudiants, en insistant sur les mesures prises depuis le début du quinquennat, comme la suppression de 217 euros de cotisation à la sécurité sociale étudiante. Il a estimé que cette somme était nettement supérieure à la baisse de cinq euros des APL (Aides personnalisées au logement), qu'il a reconnu traîner «comme un boulet».

Emmanuel Macron a débuté son allocution en se disant «très heureux, pour des raisons intimes», de revenir dans la ville où il est né le 21 décembre 1977 et a vécu son enfance. Au premier rang de l'auditorium, était d'ailleurs discrètement assis son père, Jean-Michel Macron, professeur de neurologie à l'université pour encore une année.

Il s'agit de sa première visite à Amiens depuis un court déplacement en octobre 2017 ayant suivi celui de l'entre-deux tours de la présidentielle de 2017, tous deux marqués par le sort de l'ancienne usine Whirlpool, l'un des principaux sites industriels de la ville.

Cinq mois après son élection, Emmanuel Macron visitait fièrement l'usine avec un repreneur, largement aidé par l'Etat, qui devait sauver une partie des emplois. Deux ans plus tard, c'est la liquidation de WN, la société choisie pour reprendre le site, désormais devenu une «usine fantôme», selon Patrice Sinoquet, représentant CFDT.

«À Whirlpool, Macron viendra contempler le fiasco de SA politique : celle qui ne met aucune limite à la mondialisation sauvage et qui abandonne l’industrie française», a d'ailleurs tweeté son adversaire à la présidentielle Marine Le Pen, qui avait défié Emmanuel Macron chez Whirlpool lors de l'entre-deux tours en 2017.

A quelques kilomètres de l'université, une petite centaine d'anciens salariés de l'usine, des Gilets jaunes, lycéens, militants CGT et Sud-Solidaires se sont rassemblés dans le calme. «Whirlpool fabrique des chômeurs», pouvait-on lire sur la banderole de tête. Dans ce contexte, la rencontre prévue le 22 novembre au matin entre Emmanuel Macron et les ex-salariés s'annonce rude. «On va lui demander des comptes !», ont-ils prévenu.

Lire aussi : En 2018, les riches ont touché le jackpot, selon l'Insee

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»