En 2018, les riches ont touché le jackpot, selon l'Insee

En 2018, les riches ont touché le jackpot, selon l'Insee© ZAKARIA ABDELKAFI / AFP Source: AFP
Des manifestants protestent contre la suppression de l'ISF, le 27 avril 2019. (image d'illustration)

Selon le Portrait social de la France en 2019, publié par l'Insee, les mesures mises en place par Emmanuel Macron ont surtout été en faveur des plus riches, la fin de l'ISF étant la première d'entre elles.

Voilà qui ne devrait pas arranger l'image de président des riches dont Emmanuel Macron peine à se défaire. Et, à l'inverse, renforcer le mécontentement de nombreux Français. L'Insee vient de publier son Portrait social de la France 2019, qui dresse un constat limpide : «Les personnes les plus aisées sont celles qui bénéficient le plus des mesures socio-fiscales [...] Ce résultat est principalement du fait des réformes qui concernent les détenteurs de capital», dit l'institut dans la note de synthèse du chapitre dédié à l'évaluation des mesures socio-fiscales mises en œuvre en 2018 par le gouvernement, rapporte Le Parisien

«Les 10% de personnes les plus aisées bénéficient d’un gain en niveau beaucoup plus important que les autres grâce au remplacement de l’impôt de solidarité sur la fortune par l’impôt sur la fortune immobilière et à la mise en place du prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du patrimoine», écrit l'Insee. Dans le détail, les 10 % les plus riches ont gagné 790 euros et 1 200 euros si l'on compte seulement les 5 %, contre 130 à 230 euros pour le reste des Français. 

La fin de l'ISF, cadeau de Noël pour les riches

Les personnes les plus aisées peuvent se féliciter de la fin de l'ISF, aujourd'hui IFI, qui a fait gagner «près de 10 000 euros sur l’année en moyenne aux 350 000 ménages concernés», analyse l'Insee. 

De son côté, le journal Libération souligne aussi que le prélévement forfaitaire unique (PFU) de 30 % sur les revenus du capital «a bénéficié à plus de 8,8 millions de ménages», notamment les 5% les plus aisés, à l'instar de la suppression de l'ISF. «Les réformes favoriseraient à court terme les ménages les plus aisés mais l'impact sur les inégalités reste limité au total», relativise l'Institut national de la statistique et des études économique.

Autres sources d'inégalités : les hausses des taxes sur le tabac, qui pénalisent principalement les plus modestes, ou encore les réformes sur les retraites. «La bascule des cotisations sociales vers la CSG favorise les actifs occupés et pénalise les retraités», constate l'Insee.

Lire aussi : Entre un et deux millions de travailleurs pauvres en France selon l’Observatoire des inégalités

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»