Pesticides : malgré l’annulation de son arrêté, le maire de Langouët fait des émules

Pesticides : malgré l’annulation de son arrêté, le maire de Langouët fait des émules Source: AFP
Le maire de Langouet, Daniel Cueff , s’adresse aux manifestants à son arrivée devant le tribunal administratif de Rennes, le 22 août 2019.

Depuis l’annulation de l’arrêté anti-pesticides du maire de Langouët en Bretagne, de nombreux élus ont décidé de suivre son exemple. A six mois des municipales, les agriculteurs vont-ils devenir des boucs-émissaires ?

Sommes-nous en train d’assister à un divorce entre les riverains des communes rurales et leurs agriculteurs ? L’exemple du maire de la commune de Langouët en Ille-et-Vilaine pose la question. Héros de l’environnement pour les uns, démago pour les autres, Daniel Cueff s’est fait connaître en prenant un arrêté interdisant l’épandage de pesticides à moins de 150 mètres des habitations ou locaux professionnels sur le territoire de sa commune de quelques 600 habitants. 

Cependant, le mardi 27 août le tribunal administratif de Rennes a ordonné la suspension de son arrêté invoquant «l’incompétence» d’un maire pour réglementer l’utilisation des produits phytopharmaceutiques sur sa commune. Cette prérogative relève normalement du ministère de l’Agriculture. Cela n’a pas empêché de nombreux maires de suivre l’exemple de l’édile de Langouët.

Audincourt, Revest-des-Brousses, Val-de-Reuil... Soucieux de «protéger» leurs administrés, des maires de tous bords politiques multiplient les arrêtés anti-pesticides. Cité par l’AFP, Daniel Cueff affirme que certains l’appellent même pour lui demander si le sien «est libre de droits» et dit avoir reçu 47 000 messages de soutien, ainsi qu’un appel de Nicolas Hulot.

«On soutient le maire de Langouët. Il faut se tenir les coudes», a expliqué à l'AFP Brigitte Moya, maire d'Aubenas-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), qui a pris un arrêté en août. Dans le même département, Brigitte Reynaud, maire de Revest-des-Brousses, a agi à l'identique. «C'est à nous de pousser pour que les pratiques agricoles changent», juge-t-elle.

Le maire UDI de Sceaux (Hauts-de-Seine), Philippe Laurent, secrétaire général de l'Association des maires de France, qui a aussi signé un arrêté, défend «une façon de mettre le débat sur la place publique» alors que la population est «à 90% en faveur de l’interdiction, même plus». Un argument massue à six mois des élections municipales.

Dans la Somme, le maire (divers droite) de Saint-Maulvis, Jean-Philippe Bauden a fait de même «pour faire réagir» les agriculteurs. «On sait que c'est très dangereux leurs produits», justifie l'édile de cette commune de 287 habitants.

Marc-Antoine Jamet, maire PS du Val-de-Reuil, commune de 16 000 habitants dans l'Eure, a lui, pris un arrêté pour interdire les pesticides à moins de 150 mètres de la voie publique, le jour même où celui de Langouët était suspendu. «Je cherche un électrochoc, un effet d'entraînement, un effet de masse [face] au problème que représente les pesticides [et face] à l'urgence et l'importance des dangers qui menacent la planète», a-t-il expliqué.

Le maire de Val-de-Reuil déclare aussi : «A aucun moment ce n'est un geste hostile à l'égard des agriculteurs pour qui j'ai de l'admiration. C'est peut-être un moyen de les aider.» Pas sûr qu’il convainque. Sur son compte twitter, un agriculteur répond : «Monsieur, vous êtes chevalier du mérite agricole. L’agriculture 🇫🇷 a besoin d’homme responsable et méritant. Votre arrêté vous discrédite en faisant du buzz. Rencontrez plutôt les #agriculteurs locaux et progresser ensemble. #dialogue. Dégoûté»

Manque de dialogue avec les agriculteurs

Le manque de dialogue avec les agriculteurs est d’ailleurs le principal reproche de ces derniers qui se sentent placés devant le fait accompli. Mais les maires disent aussi vouloir faire réagir le gouvernement comme Bertrand Astric, maire sans étiquette de Boussières dans le Doubs, qui a interdit le glyphosate sur tout le territoire de la commune. «Les maires prennent les choses en main puisque l’Etat ne le fait pas», affirme-t-il.

Le 29 août, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a promis que l’Etat imposerait des «zones de non traitement» si riverains, élus et agriculteurs n'arrivaient pas à se mettre d'accord pour établir ensemble des «chartes» territoriales d'épandage. Mais il n’a évoqué qu’une zone de deux à cinq mètres autour des habitations alors que la plupart des émules du maire de Langouët estiment eux la distance de sécurité à 150 mètres.

Thierry Coué, vice-président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), qui dénonce régulièrement «l’agribashing» a réagi sur le compte twitter de l’organisation en écrivant : «Le maire, garant du dialogue dans sa commune, ne peut pas prendre des décisions qui excluent les principaux concernés, les agriculteurs ! Nous, nous misons sur le dialogue au plus près du terrain avec tous les acteurs». Mais les agriculteurs sont-ils prêts à envisager une remise en cause de leurs méthodes d’exploitation ? 

Mais les agriculteurs sont-ils prêts à envisager une remise en cause de leurs méthodes d’exploitation ? Contacté par RT France, Christian Durnin, président de Chambre d'agriculture Nord-Pas De Calais explique : «Non, les agriculteurs ne sont pas accros aux produits phyto, et nous sommes parfaitement conscients des attentes sociétales. Mais dans les conditions de marché actuelles c’est l’outil pour répondre aux demandes du secteur agro-alimentaire et de la grande distribution.»

Il explique aussi que depuis deux ans, la FNSEA a engagé une démarche avec les Contrats de solution qui associent une quarantaine d’acteurs comme les filières agricoles, les instituts de recherches, dont l’Inra ou encore le secteur de la génétique pour chercher des alternatives. «Mais ça ne peut pas de faire du jour au lendemain. Si on interdit brutalement l’usage des produits sanitaires dans les communes, on risque de se retrouver avec une augmentation des importations, au détriment de l’agriculture locale», ajoute Christian Durnin. 

En attendant, la ministre de la Transition écologique a choisi son camp. Le 27 août sur France inter Elisabeth Borne déclarait : «Je partage totalement la préoccupation du maire de Langouët. Oui, il faut prévoir une distance minimale entre les épandages et les habitations et je mettrai en consultation un projet de réglementation dans les prochains jours.»

Jean-François Guélain

Lire aussi : «Les OGM ne sont pas autorisés en Europe», affirme la ministre de la Transition écologique

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»