En marche vers la privatisation d'ADP et de la FDJ ? Les députés valident le projet de loi Pacte

En marche vers la privatisation d'ADP et de la FDJ ? Les députés valident le projet de loi Pacte© Eric Piermont Source: AFP
Bruno Le Maire le 8 janvier 2019 à Paris (image d'illustration).

Malgré les oppositions et les polémiques, les députés de la majorité ont entériné en première lecture à l'Assemblée nationale le projet de loi Pacte. Il prévoit notamment de supprimer l'obligation pour l'Etat de détenir la majorité du capital d'ADP.

L'Assemblée nationale a donné son feu vert, dans la nuit du 15 au 16 mars, au projet de loi Pacte, avec lequel le gouvernement entend «donner aux entreprises les moyens d’innover, de se transformer, de grandir et de créer des emplois».

Le texte prévoit notamment de supprimer l'obligation pour l'Etat de détenir la majorité du capital du groupe Aéroports de Paris, de privatiser la Française des jeux ou encore d'autoriser l'Etat à descendre sous le tiers des parts dans le capital d'Engie, anciennement GDF Suez.

27 votes «pour», 15 «contre» peut-on lire sur une photo postée sur Twitter par Adrien Quatennens, député du Nord.

«Malgré notre opposition, ils privatisent Aéroports de Paris, les jeux et Engie à la fin de la nuit. Ils modifient les seuils sociaux en catimini. Ils suppriment le tarif réglementé du gaz», a par ailleurs commenté le parlementaire insoumis après avoir évoqué une «nuit blanche» dans l’Hémicycle.

La loi Pacte s'apprête à faire son ultime navette avec le Sénat, avant son adoption définitive par la chambre basse du Parlement, qui a le dernier mot.

En outre, comme l'a rapporté Le Monde le 14 mars, le ministre de l’Economie et des Finances avait pour sa part tenu à commenter ce qu’il avait appelé la «théorie du complot» autour de la banque conseil de l’opération de privatisation d'ADP. «Pendant les débats, Nicolas Dupont-Aignan et Adrien Quatennens avaient entre les lignes soupçonné le gouvernement de favoritisme à l’égard d’un "banquier d’affaires qui a rejoint En marche !" [Bernard Mourad, soutien d'Emmanuel Macron en 2017]» relève le quotidien. «En filant cette théorie du complot, on dessert la démocratie !» avait alors dénoncé Bruno Le Maire.

Lire aussi : Privatisation d'ADP : les auteurs d'une pétition dénoncent une opération contraire à la Constitution

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»