Confrontée à un manque de main-d'œuvre qualifiée, l'Allemagne veut accueillir davantage d'étrangers

- Avec AFP

Confrontée à un manque de main-d'œuvre qualifiée, l'Allemagne veut accueillir davantage d'étrangers© JEAN-PIERRE CLATOT Source: AFP
Un employé effectuant des tests dans un laboratoire (image d'illustration).

Les trois partis de la coalition au pouvoir en Allemagne sont parvenus ce 2 octobre à un accord facilitant l'arrivée de travailleurs extra-européens, dans l'objectif de répondre à la pénurie de main d’œuvre qui frappe certains secteurs d'activité.

Attirer les travailleurs étrangers qualifiés pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs : les conservateurs de la CDU et de la CSU ainsi que les sociaux-démocrates du SPD, les partis de la coalition au pouvoir en Allemagne,sont tombés d'accord ce 2 octobre pour légiférer afin de faciliter l'immigration extra-européenne dans un contexte politique marqué par un rejet croissant de celle-ci en raison de l'arrivée de plus d'un million de migrants en 2015-2016.

Ils se sont entendus sur l'adoption courant 2019 d'une loi visant à faciliterl'accès au marché du travail allemand d'étrangers extracommunautaires qualifiés. «Nous ne voulons pas d'une immigration de personnes non qualifiées venant de pays tiers [hors de l'Union européenne]», notent sociaux-démocrates et conservateurs dans le document résumant les grandes lignes du projet. 

Les demandeurs d'emploi de l'extérieur de l'UE – en particulier évoluant dans des secteurs sous tension comme la cuisine, les mathématiques ou l'informatique – pourront obtenir un permis de séjour en Allemagne de six mois qui sera prolongé s'ils trouvent un emploi. Une condition néanmoins : ils devront faire montre d'un niveau d'allemand suffisant.

«Nous avons besoin de travailleurs de pays tiers», a martelé le ministre de l'Intérieur (CSU), Horst Seehofer, par ailleurs très critique à l'égard de la politique d'accueil des migrants décidée par Angela Merkel en 2015.

Quelque 338 200 emplois étaient non pourvus en septembre en Allemagne dans les seuls secteurs de l'informatique, des mathématiques et des technologies de l'information, selon le quotidien économique Handelsblatt, qui cite l'Institut économique allemand, basé à Cologne.

Lire aussi : Allemagne : le SPD valide l'accord sur les migrants et maintient en vie la coalition au pouvoir

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter