Varoufakis justifie sa stratégie secrète pour le Grexit

L'actuel et l'ancien ministres grecs des Finances : Euclide Tsakalotos (G) et Yanis Varoufakis (D).© Eurokinissi Source: Reuters
L'actuel et l'ancien ministres grecs des Finances : Euclide Tsakalotos (G) et Yanis Varoufakis (D).

L'ancien ministre des Finances grec a admis avoir travaillé à un plan de sortie de l'euro pour son pays, alors qu'il était au pouvoir. Un «plan B» dont l'étude caresse les limites de la loi.

«Le ministre grec des Finances aurait été négligent s'il n'avait pas tenté d'élaborer une telle stratégie». Ainsi se défend Yanis Varoufakis, l'ancien ministre des Finances d'Athènes, dans un communiqué. Le politicien se défend dans un tweet des accusations auxquelles il fait face, évoquant «l'imagination impressionnante» de ses détracteurs. Accusé de «trahison» par les partis d'opposition, Varoufakis plaide la mauvaise fois de ses procureurs : «ils veulent me présenter comme un ministre des Finances escroc […] c'est une tentative de destruction de ce que le gouvernement en place a fait pendant cinq mois. Ils veulent nous mettre dans la poubelle de l'histoire».

Les faits qu'on lui attribue : le représentant de la Grèce au sein de l'Eurogroupe aurait secrètement travaillé à un «plan B», consistant en la mise en place d'un système de paiement parallèle à l'euro, en vue d'un potentiel retour de la Grèce à son ancienne devise : la drachme. Un travail en sous-main qui aurait été validé par le Premier ministre grec en personne : Alexis Tsipras.

Une stratégie secrète, dont la mise en place flirte avec le non-respect de la loi. Le Forum Officiel des Institutions Monétaires et Financières (OMFIF), un organisme indépendant pour le dialogue et la recherche dans le domaine des finances, a rendu public, lundi 27 juillet, un enregistrement dans lequel Varoufakis dit qu'«un plan monétaire, pour conserver la Grèce dans la zone euro, a été discuté à Athènes avant le 6 juillet». D'après l'OMFIF, la publication de l'enregistrement avait l'approbation de l'ancien ministre des Finances grec.

Autre révélation à charge de l'enregistrement : on y entend Varoufakis expliquer que le groupe secret qu'il a créé pour étudier ce «plan B» aurait aurait reçu l'ordre de pirater la plate-forme web de l'administration fiscale grecque. Le but de la manœuvre : copier les schémas de taxation grecs pour pouvoir les appliquer à ce système parallèle de paiement. «Nous avons l'intention de créer, subrepticement, des comptes parallèles pour chaque contribuable, sans en informer qui que ce soit, de manière à avoir un système opérationnel sous la main», affirme Varoufakis, ajoutant que «nous sommes prêts à recevoir le feu vert du Premier ministre dès la fermeture des banques». Les banques grecques ont effectivement été fermées entre le 29 juin et le 20 juillet 2015. Une mesure dont le but officiel était d'endiguer la fuite massive des capitaux hellènes vers l'étranger.

En savoir plus : Des «hackers» financiers dans le gouvernement grec

Cette stratégie secrète, Varoufakis la justifie férocement, niant toutes les accusations de tentatives de piratage, ou pointant du doigt le silence qui a entouré ces actions. Le «plan B» a été révélé par le quotidien grec I Kathimerini et est l'objet de fortes critiques émanant des partis d'opposition grecs. Ceux-ci en appellent au passage de Varoufakis devant la justice pour «trahison». Le parti de centre-gauche Potami évoque un «mauvais film à suspense» alors que le principal parti d'opposition, Nouvelle Démocratie, a demandé au gouvernement grec «d'apporter des réponses convaincantes au peuple grec, afin que la lumière soit faite sur cette histoire». Des réactions similaires se sont faites entendre en Europe, à l'image du ministre des Finances slovaque Peter Kazimir qui a dénoncé le «jeu d'agent double» de Varoufakis.

En savoir plus : Les banques grecques rouvrent dans un contexte d'inquiétude

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales