«On acceptait le racket ou on partait» : Lafarge accablé pour ses arrangements avec Daesh en Syrie

«On acceptait le racket ou on partait» : Lafarge accablé pour ses arrangements avec Daesh en Syrie
Bruno Lafont, président de Lafarge de 2007 à 2015, photo ©John Schults/Reuters

L'enquête continue sur le versement présumé d'importantes sommes par le géant du ciment à des groupes terroristes en Syrie, notamment en 2013, en pleine expansion de Daesh. Certains dirigeants mettent en avant des intérêts économiques supérieurs...

Un an après l'ouverture d'une enquête préliminaire en octobre 2016 par le parquet de Paris, puis d'une information confiée depuis à trois juges d'instruction en juin dernier, le dossier contre le cimentier Lafarge devient accablant. La direction, basée en France, est suspectée d'avoir eu connaissance et d'avoir validé des paiements effectués par sa filiale syrienne, Lafarge Cement Syria (LCS), à des groupes armés terroristes afin de pouvoir continuer à exploiter un site en Syrie. Les enquêteurs soupçonnent en outre le géant franco-suisse du ciment d'avoir produit de fausses pièces comptables.

«Soit on acceptait le racket, soit on partait», a fait valoir en guise de défense un responsable de Lafarge, anonymement cité par l'AFP. Mais l'argument paraît un peu court, les auteurs dudit racket n'étant pas de simples voyous mais des terroristes de l'organisation Daesh. Ce qui ferait techniquement de l'entreprise Lafarge un soutien du terrorisme islamique. Même ligne de défense un peu surréaliste de la part de l'ex-président du groupe de 2007 à 2015, Bruno Lafont, aux enquêteurs des douanes judiciaires. «Pour moi, les choses étaient sous contrôle. Si rien ne me remontait, c'est que rien de matériel ne se produisait», assurait-il en janvier 2017, selon une source proche du dossier.

Mauvais timing

Tout commence en 2010, avant le début de la guerre civile en Syrie et l'extraordinaire émergence de l'Etat islamique. En octobre de cette année, Lafarge inaugure l'usine flambant neuve de Jalabiya, dans le nord de la Syrie, qui lui a coûté 680 millions de dollars. Un investissement a priori sûr dans une république laïque dont les liens commerciaux avec la France sont anciens. Mais à peine six mois plus tard, les premiers troubles, prémices du chaos dans lequel allait être plongée la Syrie, éclatent.

A partir de 2013, la production de la cimenterie s'effondre et Daesh, en pleine expansion territoriale depuis son berceau irakien, devient incontournable dans la région. Mais contrairement au pétrolier Total ou à d'autres multinationales, le cimentier décide de rester.

Un seul intermédiaire entre Lafarge et Daesh

Cependant, pour se maintenir dans le pays, le cimentier va devoir mettre la main à la poche. Pour assurer la sécurité de ses employés – et donc maintenir l'exploitation de son site – LCS verse à un intermédiaire, «entre 80 000 et 100 000 dollars» par mois, d'après Bruno Pescheux, ex-directeur de la cimenterie entre 2008 et 2014. Mais l'intermédiaire n'est pas un simple porteur de valises. Il s'agit en effet d'un ex-actionnaire minoritaire de l'usine, un certain Firas Tlass. Celui-ci répartit ensuite les fonds entre différentes factions armées, toujours selon Bruno Pescheux. La part du gâteau pour Daesh stricto sensu aurait ainsi représenté environ 20 000 dollars par mois.

En contrepartie, l'organisation d'Abou Bakr al-Baghdadi édite en mai 2014 un laissez-passer, avec la mention suivante : «Prière d'autoriser le ciment venant de Lafarge à passer les barrages». Le 29 juin de la même année, le jour-même où l'organisation autoproclame «le califat» et devient un quasi-Etat, une rencontre aurait même été organisée entre un de ses cadres et le responsable de la sécurité de la cimenterie.

Bénédiction du Quai d'Orsay ?

Selon les révélations de l'enquête, l'affaire remonte même jusqu'au sommet de l'Etat. Cette volonté de rester aurait reçu l'aval des autorités françaises, alors que Laurent Fabius était ministre des Affaires étrangères. «Le quai d'Orsay nous dit qu'il faut tenir, que ça va se régler [...] On allait voir, tous les six mois, l'ambassadeur de France pour la Syrie et personne ne nous a dit : "Maintenant il faut que vous partiez"», a plaidé un autre dirigeant de Lafarge, Christian Herrault, ex-directeur général adjoint opérationnel.

D'autres responsables, d'après l'AFP, auraient en outre souligné l'importance de conserver un avantage stratégique afin d'être en première ligne pour participer à la reconstruction de la Syrie une fois la guerre terminée. Ces dirigeants pensaient-ils que les multinationales étaient au-dessus des lois contre le financement du terrorisme, lesquelles ne concerneraient que les particuliers ?

Lire aussi : Pour Moscou le soutien US aux terroristes en Syrie est le principal obstacle à la lutte contre Daesh

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.