«Ce n'est pas une vache sacrée» : un député russe propose des sanctions sanitaires contre McDonald's

«Ce n'est pas une vache sacrée» : un député russe propose des sanctions sanitaires contre McDonald's© Natalia Seliverstova Source: Sputnik

Un député russe a proposé de prendre des «sanctions sanitaires» contre McDonald's après la publication de photos dévoilant des conditions sanitaires problématiques... et au lendemain de la prise de sanctions anti-russes par les élus américains.

Un peu plus d'une semaine après la diffusion sur internet de photos d'une cuisine particulièrement insalubre, présentée comme étant celle d'un restaurant McDonad's aux Etats-Unis et ayant fait polémique, le député russe Alexeï Pouchkov prône dans un tweet du 26 juillet des contrôles sanitaires contre le géant de la restauration rapide américain. «Après ce scandale autour de McDonald's, nous devrions commencer à imposer des sanctions sanitaires contre cette société. Ce n'est pas une "vache sacrée"», a ainsi tweeté l'élu russe, le 26 juillet. 

Il y a un peu plus d'une semaine, des photos publiées par un homme se présentant comme un employé de la chaîne étaient vites devenues virales aux Etats-Unis. On y découvrait notamment un sol, décrit comme celui d'un restaurant de la chaîne de fast food américaine, dans un état pour le moins crasseux.

Il est également à noter que le député russe a formulé cette proposition au lendemain de l'annonce de l'adoption de nouvelles sanctions votées le 25 juillet par le Congrès des Etats-Unis à l'encontre de la Russie, de l'Iran et de la Corée du Nord. Cette nouvelle batterie de mesures économiques vise notamment, dans le cas de la Russie, à sanctionner l'ingérence supposée de Moscou dans les élections présidentielles américaines. Le projet de loi (qui doit encore être voté par le Sénat américain) prévoit en outre, de manière inédite, d'empêcher le président Donald Trump d'avoir la capacité d'annuler, seul, des sanctions existantes contre la Russie. 

McDonald’s a été une des premières multinationales américaines à investir sur le marché russe après l'effondrement de l'Union Soviétique. Aujourd'hui, la société emploie près de 10 000 salariés en Russie et vend environ un milliard de repas par an dans 400 restaurants à travers la Fédération. 

Lire aussi : Pour Paris les nouvelles sanctions américaines contre Moscou sont contraires au droit international

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.