La marque Volkswagen confirme la suppression de 30 000 emplois dans le monde

La marque Volkswagen confirme la suppression de 30 000 emplois dans le monde© Toby Melville Source: Reuters
Un véhicule électrique de la marque Volkswagen branchée à un point de charge dans le centre de Londres, au Royaume-Uni

La géant de l'automobile allemand et les syndicats se sont mis d'accord sur la suppression de plusieurs milliers d'emplois. L'un des objectifs du groupe est de réaliser sa transition vers la construction de voitures électriques et autonomes.

«La marque Volkswagen ne rapporte pas assez d'argent», a déclaré son patron Herbert Diess lors d'une conférence de presse le 18 novembre au siège de l'entreprise à Wolfsburg, en Allemagne.

Dans le cadre d'un plan pour renouer avec la rentabilité et se concentrer sur les voitures électriques, 30 000 emplois dans le monde vont être supprimés, dont 23 000 en Allemagne a indiqué le groupe Volkswagen ce vendredi 18 novembre. 

Herbet Diess a par ailleurs annoncé vouloir faire 3,7 milliards d'euros d'économies par an d'ici 2020.

Les dirigeants syndicaux ont accepté la suppression de milliers d'emplois en échange d'une promesse de la direction de Volkswagen de créer de nouveaux emplois et d'investir dans les voitures électriques, et ce principalement dans les usines en Allemagne.

Selon les propos d'une source à l'agence de presse Reuters, l'entreprise allemande se serait engagée à créer 9 000 nouveaux emplois grâce à des investissements technologiques dans les voitures électriques.

La direction de Volkswagen aurait décidé de la construction d'un SUV électrique dans sa principale usine, à Wolfsburg, et d'une plus petite voiture électrique sur un autre site, à Zwickau, dans l'est de l'Allemagne, d'après l'une des sources de Reuters.

Les moteurs électriques seraient construits à Kassel et les éléments de batteries fabriqués à Salzgitter et Brunswick, selon cette même source.

Volkswagen, qui emploie 610 076 personnes dans le monde, s'est refusé à tout commentaire. 

Auparavant, le constructeur allemand avait accepté de verser aux Etats-Unis 16,5 milliards de dollars (15,43 milliards d'euros) dans le cadre du scandale de la manipulation des tests d'émissions polluantes de ses véhicules à moteur diesel.

Lire aussi : La Banque européenne d'investissement va enquêter sur l'utilisation des prêts consentis à Volkswagen

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales