152 000 milliards de dollars : le FMI s'inquiète du niveau astronomique de l'endettement mondial

152 000 milliards de dollars : le FMI s'inquiète du niveau astronomique de l'endettement mondial
Province d'Anhui, Chine. ©Reuters / Jianan Yu

Les dettes additionnées de toutes les économies du globe ont atteint plus de deux fois le PIB mondial, soit la somme des richesses créées en un an par la planète. Fait nouveau : la dette privée explose mais l'insolvabilité aussi.

Le Fonds monétaire international (FMI) tire la sonnette d'alarme : «De hauts niveaux de dette sont coûteux parce qu'ils conduisent souvent à des récessions financières qui sont plus marquées et plus longues que les récessions normales», s'inquiète Vitor Gaspar, directeur du département des affaires budgétaires du FMI.

Et, parmi toutes les économies qui atteignent des niveaux insoutenables, c'est la Chine qui est championne de l'endettement. Entre 2007 et 2014, la dette chinoise est ainsi passée de 7 000 milliards à 28 000 milliards de dollars, représentant presque trois fois son PIB. Une explosion de l'endettement qui s'explique en grande partie par la politique «accomodante» des banques centrales qui tentent de doper l'activité économique en mettant à disposition des banques de détail de l'«argent pas cher» à des taux très faibles. Voire même négatifs à l'instar de ceux que pratique la Banque centrale européenne.

Une explosion de la dette mondiale qui ne profite pas à l'économie réelle

En matière de dette, il faut distinguer entre dette publique et dette privée. La dette publique est celle que contractent les Etats et leurs représentants au nom de leurs citoyens et qui représentent inévitablement de futurs impôts prélevés tôt ou tard dans l'économie réelle. La France consacre ainsi un peu plus de 45 milliards d'euros par an à payer les seuls intérêts de sa dette souveraine, un ordre de grandeur comparable aux recettes de l'impôt sur le revenu.

Mais le fait nouveau c'est que l'endettement privé explose. La moitié des emprunts mondiaux sont liés au marché immobilier et souvent liés à des comtes bancaires opaques, avec le risque de l'explosion de cette bulle d'argent virtuel qui ne s'appuie pas suffisamment sur des actifs réels.

Risque d'explosion de la bulle financière

A terme, les marchés financiers pourraient bien s'écrouler et avec eux, les banques, plombées par les «mauvais crédits», ces prêts consentis sans s'assurer de la solvabilité de l'emprunteur, et qui ont conduit à la crise financière de 2008, dite des «subprimes». Laquelle a eu pour résultat de contraindre les Etats à s'endetter dans des proportions très importantes pour renflouer leurs banques. Aussi, dette publique et dette privée sont aujourd'hui inextricablement mêlées et les acteurs privés,comme publics, sont à des niveaux d'insolvabilité explosifs.

Lire aussi : «Irresponsables» : la Deutsche Bank accablée par le ministre de l'Economie allemand

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»