Pétrole : accord de l'OPEP sur une baisse de la production, une première depuis 2008

Raffinerie de pétrole en Equateur, membre de l'OPEP. Photo ©Guillermo Granja/Reuters
Raffinerie de pétrole en Equateur, membre de l'OPEP. Photo ©Guillermo Granja/Reuters

Alors que ses membres se réunissaient à Alger avec comme objectif de faire remonter les cours du pétrole, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole semble être parvenue à un accord limitant la production à 35 millions de barils par jour.

Comme les marchés et les investisseurs le craignaient, les dirigeants de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sont tombés d'accord pour limiter la production d'or noir à 35 millions de barils par jour.

Les membres de l'OPEP, qui représente un peu plus d'un tiers de la production mondiale du carburant fossile, se sont retrouvés ces mardi 27 septembre et mercredi 28 septembre à Alger. Les pays exportateurs de pétrole s'étaient fixés comme but de soutenir les cours, au plus bas depuis 10 ans.

Un cours trop faible pour les pays producteurs, dont les rentrées en devises se sont effondrées. Au point que certaines «pétromonarchies», à l'instar de l'Arabie saoudite, sont menacées de souffrir d'importants déficits bugdétaires.

Les marchés boursiers redoutaient qu'une telle entente se matérialise, mais avaient repris de l'assurance, comptant sur le fait que les désaccords entre l'Iran et l'Arabie saoudite sur leurs quotas de production respectifs ne permettraient pas de trouver un compromis à Alger. Un pari raté, au vu du bond de plus de 6% opéré par les cours du brut à New York.

L'attribution de quotas à chaque pays producteur, toujours délicate depuis la création de l'OPEP en 1960, doit par ailleurs encore faire l'objet de négociations ultérieures.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales