Panama Papers : le Danemark prêt à payer pour se procurer les données de fraudeurs

Source: Reuters

Les contribuables danois en délicatesse avec leur autorité fiscale peuvent s'inquiéter : le Danemark va payer des centaines de milliers d'euros une source qui détiendrait des données des Panama Papers au sujet de Danois soupçonnés d'évasion fiscale.

«Nous devons prendre les mesures nécessaires pour attraper les coupables d'évasion fiscale cachant des fortunes, par exemple au Panama, en vue d'éviter de payer leurs impôts au Danemark», a déclaré le ministre des Finances du royaume, Karsten Lauritzen.

Ses services ont en effet reçu une offre anonyme pour acquérir plus de 200 000 fichiers, sur les 11,5 millions issus du cabinet panaméen Mossack Fonseca et mis à la disposition d'un «consortium international de journalistes» par un lançeur d'alerte connu sous le nom de «John Doe». Une publication de documents qui auraient dû rester confidentiels plus connue sous le nom de l'affaire des Panama Papers.

Le Danemark serait ainsi prêt à rémunérer une source restée anonyme d'une somme dont le montant exact reste inconnu. Le ministre danois s'étant borné à donner une estimation floue de «quelques millions» de couronnes danoises, soit l'équivalent de plusieurs centaines de milliers d'euros. Le fisc danois espère ainsi avoir accès au contenu de 320 dossiers que détiendrait l'informateur et qui, selon la télévision danoise, concerneraient de 500 à 600 contribuables soupçonnés d'optimisation et d'évasion fiscale.

Le scandale des Panama Papers publiés en mai 2016 n'en finit pas de faire des vagues. Des personnalités politiques de premier plan comme l'ancien Premier ministre britannique, David Cameron, le neveu d'un ex-ministre algérien ou encore l'ancien ministre français du Budget, Jérôme Cahuzac – dont les noms figurent dans les fichiers du cabinet Mossack Fonseca – avaient à l'époque déjà été éclaboussés par le scandale.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales