Comment remplir les poches de Daesh ? Les Bulgares pourraient vous en parler

Comment remplir les poches de Daesh ? Les Bulgares pourraient vous en parler Source: Reuters

Tandis que le monde entier lutte contre les djihadistes de Daesh, l'organisation terroriste pourrait bien gagner de l'argent en vendant de l'essence et du gazole aux Européens, en particulier aux Bulgares, a fait savoir le quotidien national Troud.

Actuellement, plus de 50 stations-service de Bulgarie sont mises en examen. Des enquêtes sont en cours dans quinze régions du pays, y compris Sofia, la capitale, ont confirmé les représentants des services spéciaux bulgares. Dans le même temps, ils ont refusé de commenter l'existence d'un lien avec Daesh, indique l'agence TASS.

Les agents des services spéciaux du pays soupçonnent néanmoins un trafic illégal de produits pétroliers après avoir examiné des images satellites russes et américaines, a fait savoir une source autorisée au sein des services de douane bulgares au journal Troud.

Selon la documentation, les navires pétroliers, acheminant de l'essence et du gazole en Bulgarie, sont chargés en Grèce. Il s'agit donc d'un commerce intra-communautaire. Cependant, le système numérique de gestion du trafic maritime démontre que ces tankers font des haltes dans sept ports turcs en mer Noire et en mer Méditerranée, expliquent les journalistes. D'après eux, il est possible que les navires y chargent des produits pétroliers exportés par Daesh.

«Les produits pétroliers de contrebande sont de mauvaise qualité», fait remarquer Troud, en précisant que ni l'essence, ni le gazole ne respectent les normes européennes.

«Cela met en évidence que les produits pétroliers ne viennent pas des entrepôts grecs, alors que les arrêts des navires dans les ports grecs permettent d'obtenir les documents nécessaires», poursuivent les journalistes.

Toutefois, les images satellites, révélant le trafic illégal de produits pétroliers provenant de Syrie, ne font pas réagir les services spéciaux de tous les pays. En décembre dernier, le ministère russe de la Défense avait publié des images satellites prouvant que des livraisons de pétrole illégal transitaient par la frontière turco-syrienne le long de trois axes principaux menant à des ports méditerranéens. En réponse, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait simplement déclaré qu’il était prêt à démissionner, si cela était confirmé.

En savoir plus : Le renseignement russe repère 12 000 camions transportant du pétrole à la frontière turco-irakienne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»