La liquidation judiciaire de Place du Marché (ex-Toupargel) prononcée, 1 900 emplois supprimés

- Avec AFP

Des salariés de Place du Marché (ex-Toupargel), devant le tribunal de commerce de Lyon, le 11 janvier 2023 (image d'illustration).© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK Source: AFP
Des salariés de Place du Marché (ex-Toupargel), devant le tribunal de commerce de Lyon, le 11 janvier 2023 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'entreprise Place du Marché (ex-Toupargel) a été placée en liquidation judiciaire en l'absence de candidat pour la reprendre. 1 900 emplois vont être supprimés, soit l'un des plans sociaux les plus importants de ces derniers mois.

Le couperet de la liquidation judiciaire est tombé le 13 janvier sur la société de livraison à domicile de produits alimentaires Place du Marché (ex-Toupargel) et ses sociétés sœurs.

Le tribunal de commerce de Lyon s'était donné 48 heures le 11 janvier pour rendre son délibéré concernant cette société basée à Civrieux-d'Azergues (Rhône). Mais l'issue ne faisait guère de doute, car aucun repreneur n'avait déposé d'offre, malgré l'intérêt un temps manifesté par l'enseigne discount Tazita.

1 900 emplois supprimés

Le 13 janvier, le tribunal a ainsi placé en liquidation judiciaire Place du Marché (1 600 salariés) et ses deux sociétés sœurs, Eismann et Touparlog (300 salariés à elles deux), selon son délibéré que l'AFP a pu consulter. Ces 1 900 suppressions d'emplois représentent l'un des plus importants plans sociaux de ces derniers mois.

«Il n'y a aucun espoir de reprise», avait assuré le 11 janvier Wafaa Kohily, la secrétaire (CGT) du Comité social et économique (CSE).

«Notre priorité est de travailler sur la préparation de cette liquidation judiciaire et d'accompagner aux mieux avec les services de l'Etat les salariés pour qu'ils rebondissent le plus rapidement possible», avait affirmé de son côté le président de l'entreprise Brieuc Fruchon.

Le délai de 48 heures avait été justifié par le président du tribunal par «l'importance du dossier et le nombre de salariés du groupe», selon Wafaa Kohily.

La liquidation va en effet entraîner un des plus importants plans sociaux de ces derniers mois, après celle de l'enseigne textile Camaïeu en septembre (2 100 salariés) et la suppression de 1 200 emplois (sur 2 300) annoncée fin décembre chez Scopelec, groupe spécialisé dans les technologies de communication.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix