Résilience économique : la Russie a déjoué les pronostics occidentaux, estime Poutine

Poutine à propos de la contraction du PIB russe : «Baisse, mais pas effondrement»
Suivez RT France surTelegram

Malgré les vagues de sanctions occidentales, l’économie russe a tenu le coup en 2022. Présentant une série d’indicateurs, ainsi que des objectifs pour l’année à venir, Vladimir Poutine a annoncé une révision à la baisse des prévisions de récession.

Excédent commercial avec les Etats européens démultiplié, développement des capacités d’export vers l’Asie et un rouble qui globalement se maintient… S’exprimant à l’occasion du Conseil pour le développement stratégique et les projets nationaux le 15 décembre, Vladimir Poutine a mis en exergue la résilience de l’économie russe, malgré l’«agression sans précédent au moyen de sanctions» déployée contre elle.

«Elle visait en fait à écraser notre économie dans un court laps de temps, à piller nos réserves de change pour faire effondrer notre monnaie nationale – le rouble – et à provoquer une inflation dévastatrice. Ce pronostic, comme nous le voyons, et comme tout le monde le voit en fait, a échoué à se réaliser», a affirmé le président russe. Le dirigeant s’est félicité de l’attitude des différents acteurs économiques du pays, des entreprises aux consommateurs, en passant par les agences d’Etat, face aux sanctions occidentales, qui selon lui «ont fait preuve de cohésion et de responsabilité».

Le président russe a ainsi annoncé une révision, légèrement à la baisse, des prévisions de récession de l’économie nationale pour 2022. «J’ai dit récemment 2,9%, mais le dernier pronostic montre que ce sera encore moins : 2,5%. C’est une baisse également, mais ce n’est pas l'effondrement de 20% que prédisaient beaucoup d’experts occidentaux et, en partie aussi, certains de nos experts, au moment où l’ensemble des pays occidentaux nous ont déclaré une guerre économique.»

Récession russe ? des corrections qui se succèdent

Ce n’est pas la première fois que de telles prévisions économiques, pessimistes, sont revues à la baisse, ni que le chef d'Etat russe souligne l’inefficience des sanctions occidentales... voire leurs effets contreproductifs. «Les prévisions économiques sont bien plus positives qu’au début du printemps», avançait en septembre le président russe, depuis le Forum économique oriental à Vladivostok. Vladimir Poutine mettait alors en avant, notamment, un recul de l’inflation dans le pays ainsi qu’un taux de chômage historiquement bas (4%).

Les sanctions prises contre Moscou «menacent le monde entier», avait également estimé le président russe, dans une analogie au Covid-19, affirmant qu’«il est impossible d’isoler la Russie». Le mois suivant, le FMI avait drastiquement revu à la baisse ses prévisions de récession de l’économie russe, estimant à 3,4% la contraction du PIB contre les 6% projetés en juillet. L’institution financière avait notamment estimé que la Banque centrale russe avait adopté «la bonne position» face aux sanctions occidentales en menant «une politique monétaire restrictive», limitant notamment fortement les échanges de devises.

Un rouble qui s’internationalise, sous la contrainte des sanctions

Le rouble a également profité de la démultiplication des échanges commerciaux en monnaies nationales – comme avec la Chine  – ainsi que de certaines performances de l’économie russe. Ainsi, malgré les sanctions, les Européens ont continué à importer des produits russes tout en n’exportant plus leurs propres biens vers la Russie. Résultat, l’excédent commercial de la Russie avec les pays européens a explosé en 2022.

«Il est intéressant d'observer que, malgré les sanctions, au cours des neuf premiers mois de cette année, les livraisons de produits de base à l'UE ont été multipliées par 1,5», a ainsi relevé Vladimir Poutine. «Dans l'ensemble, les exportations ont augmenté de 42%, tandis que l'excédent commercial a été multiplié par 2,3, pour atteindre 138 milliards de dollars», a poursuivi le président russe, soulignant le caractère exceptionnel d’une situation «qui ne peut durer indéfiniment» et donc la nécessité de chercher de nouveaux partenaires commerciaux.

Des partenaires, en tête desquels on retrouve des pays du continent asiatique. Vladimir Poutine a ainsi indiqué que le développement de projets d'infrastructures portuaires et gazières au sud et à l’est de la Russie devrait atténuer l'effet des sanctions prises par Washington et Bruxelles. «La mise en œuvre de projets tels que le champ gazier de Kovykta, Force de Sibérie 2 et la route de l'Extrême-Orient permettra de porter l'approvisionnement en gaz à l'est à 48 milliards de mètres cubes dès 2025 et à 88 milliards d'ici 2030», selon le président russe, évoquant également un développement des projets en matière de gaz naturel liquéfié (GNL) afin d’ouvrir de nouveaux horizons à l’export pour le gaz russe... et ne pas trop dépendre d’un nombre réduit de clients.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix