Spécialiste des questions européennes, Pierre Lévy dirige la rédaction du mensuel Ruptures. Précédemment, il a été journaliste au sein du quotidien L’Humanité, ingénieur et syndicaliste. Il est l’auteur de deux essais et un roman.

Vaccin britannique et rancœur européenne, par Pierre Lévy

Vaccin britannique et rancœur européenne, par Pierre Lévy
Suivez RT France surTelegram

Pierre Lévy, du mensuel Ruptures, revient sur le conflit qui a opposé l'Union Européenne à la Grande-Bretagne autour de la question des vaccins. Une crise qui a perturbé la confiance entre l'UE et son ancien pays-membre.

C’est à peine croyable. Certes, face à une pandémie littéralement sans précédent, on peut accorder aux gouvernants le droit au tâtonnement. Mais la décision prise le 15 mars relève d’un tout autre registre. Ce jour-là, la France suspendait l’emploi du vaccin anglo-suédois AstraZeneca, au motif que quelques cas de thrombose avaient été détectés. En réalité sans lien avec l’injection : 37 incidents ont été répertoriés sur 17 millions de personnes ayant reçu une dose du produit mis au point par l’université d’Oxford, soit une proportion inférieure à celle qui prévaut dans la population non vaccinée. Ce simple constat aurait dû innocenter le produit. Il a cependant fallu attendre le 19 mars, lorsque l’Agence européenne du médicament (AEM) a rappelé l’évidence scientifique déjà martelée par l’OMS, pour que la plupart des capitales, dont Paris, lèvent l’interdit.



Pourtant, début mars, le mot d’ordre au sommet de l’Etat était d’accélérer à tout prix la cadence, tant il est vrai que la vaccination constitue le seul horizon de sortie de la crise sanitaire. Or dans l’inquiétante course de vitesse contre l’épidémie, chaque jour de retard se décline en vies humaines absurdement perdues. Pire : la volte-face gouvernementale, même provisoire, introduisait une nouvelle confusion et réalimentait ainsi la défiance, particulièrement au sein des classes populaires.

Trois éléments pourraient avoir joué dans ce choix irresponsable. Le premier se nomme « principe de précaution » (un terme qui relève ici de l’humour noir), au nom duquel chaque avancée scientifique ou technique devrait être conditionnée à l’anticipation préalable de toutes les conséquences possibles. Nous vivrions encore dans les cavernes si nos lointains ancêtres avaient fait preuve de cette étrange sagesse.

Le deuxième est européen. Et, pour une fois, la Commission n’y est pour rien. L’intégration européenne imprègne tellement les dirigeants que l’esprit moutonnier se déploie de lui-même. Le Monde (17/03/21) raconte ainsi la journée du 15 mars : « après le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas ou l’Islande, la décision prise par l’Allemagne de suspendre à son tour l’usage de ce vaccin a tout emporté sur son passage. ‘La volte-face allemande ne nous permettait pas d’attendre’, soupire un ministre ». Ce que résume ingénument le député Pieyre-Alexandre Anglade, un proche de l’Elysée : « notre stratégie est européenne, il est normal de se placer dans ce cadre ». Tout est dit. A noter cependant que certains pays de l’est et la Belgique ne se sont pas alignés, le ministre belge de la santé signalant même, vachard, que si ses collègues avaient des vaccins en trop, il était preneur…

Le vaccin britannique fait les frais de la rancœur européenne contre le le spectaculaire succès du Royaume-Uni, redevenu indépendant

Le troisième élément est une hypothèse qui fait florès dans la presse d’outre-Manche : le vaccin britannique aurait fait les frais de la rancœur européenne contre le Brexit. Une rancoeur alimentée par le spectaculaire succès du Royaume-Uni redevenu indépendant, précisément en termes de campagne vaccinale. Là où l’UE, plombée par ses lourdeurs, traîne lamentablement.

Dès sa mise au point, l’efficacité du vaccin AstraZeneca a été mise en doute. Puis, après son autorisation par l’AEM, des rumeurs, notamment à Berlin et à Paris, ont prétendu qu’il ne protégerait pas les personnes de plus de 65 ans – une thèse qu’a soutenue Emmanuel Macron – avant que les résultats de terrain anglais et écossais ne prouvent le contraire. Enfin, la firme – qui vend aux Etats à prix coûtant (1,72 euros, comparé aux 15 euros de Moderna) grâce aux subventions publiques britanniques – a été accusée de livrer prioritairement au Royaume-Uni. Un crime inexpiable face auquel la Commission européenne menace de bloquer les exportations de fioles produites sur le continent.

Lire la suite sur ruptures-presse.fr

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»