«Percée des talibans et Etat déliquescent. La fin honteuse de la campagne des USA en Afghanistan»

Des soldats dans le centre d'entraînement à Kaboul, en Afghanistan Source: Reuters
Des soldats dans le centre d'entraînement à Kaboul, en Afghanistan

Alors que l’administration américaine envisage le maintien de sa présence militaire en Afghanistan au moins jusqu’en 2017, le journaliste politique John Wight a dressé pour RT le pauvre bilan de cette campagne.


RT : Les Etats-Unis sont présents en Afghanistan depuis la fin de 2001. Près de 15 ans après leur intervention, est-ce que la situation dans le pays s’est peu ou prou améliorée ?

John Wight : L’opération américaine Liberté Immuable pourrait tout à fait être rebaptisé officiellement Echec immuable. La seule chose que ces 15 années de présence en Afghanistan sont parvenues à produire, c’est une poussée des Talibans, un système politique qui reste profondément corrompu et un pays qui n’a pas progressé, bien au contraire. Cela marque la fin ignoble d’un long processus de présence américaine dans un pays qu’ils n’ont jamais compris et qu’ils n’ont jamais essayé de comprendre. Le fait que les talibans intensifient maintenant des opérations de plus en plus efficaces dans le nord du pays, loin des affrontements qui ont lieu dans le sud, montre l’ampleur de la façon dont les Etats-Unis ont perdu ce pays.

RT : Compte tenu des multiples points de vue contradictoires que nous avons entendus au sein de l’administration américaine sur la façon de progresser en Afghanistan, pourrait-il s’avérer en fin de compte qu’ils n’en ont jamais eu aucune idée ?

John Wight : En fait, j’ai de la sympathie pour l’administration Obama, qui a dû relever ce défi compliqué. C’est une stratégie qui avait été décidée par l’administration Bush qui, comme vous vous le rappelez, est née après les attentats du 11 septembre, avec l’arrogance impériale de l’empereur romain César qui se lance dans une campagne militaire pour refaçonner le monde à l’image des Etats-Unis. Mais au lieu d’entraîner l’humanité dans un nouvel âge d’or de la pax americana, cela nous a conduit dans une spirale de conflits et de chaos incessants. L’Afghanistan est le meilleur exemple des conséquences de cette politique.

RT : Washington projette de maintenir se présence militaire en Afghanistan au moins jusqu’en 2017, a-t-on appris ce jeudi. Quel est l’objectif final de cette mesure ?

John Wight : Il est difficile de voir ce que les Américains cherchent à obtenir. Ils devront évidemment arriver à une sorte d’accord politique avec les rebelles talibans. Ils doivent se mettre à négocier avec eux et reconnaître que leur politique a échoué. Les talibans sont, bien évidemment, en conflit avec la population afghane et ne pourront pas survivre, et encore moins fonctionner et s’élargir comme ils l’ont fait dans le passé. Mais ils devront négocier avec eux car les talibans ne partiront pas ; la seule force qui devra partir au bout du compte, sont les Américains, et ils doivent accepter la réalité sur le terrain : les talibans joueront un rôle clé dans l’avenir de l’Afghanistan.

En savoir plus : Le président afghan estime qu’il est temps de présenter ses excuses aux Talibans

RT : La Maison Blanche a présenté ces excuses pour la terrible tragédie de l’hôpital qu’ils ont frappé à Kunduz. Cependant, cela a-t-il détérioré l’image des Etats-Unis aux yeux de la population afghane ?

En savoir plus : Pour la 4ème fois en 4 jours, Washington modifie la version de sa frappe contre l’hôpital de Kunduz

John Wight : Ce type d’atrocité, ou dommage collatéral, comme vous voulez, fera partie de ce dont on se souviendra dans cette campagne américaine en Afghanistan. Ce sera un triste héritage des Etats-Unis : un gaspillage de sang, un gaspillage des vies, afghanes et américaines. Il faut considérer la façon dont tout cela a été géré. Lors de cette erreur, cette attaque d’un hôpital par un avion américain, la façon dont les Américains ont essayer de changer la version des faits, dont certains médias américains ont essayé de modifier le récit pour que les forces américaines ne sont pas impliquées dans cette histoire, ont ouvert une page très très sombre dans l’histoire des relations entre Washington et Kaboul.

En savoir plus : Wikileaks lève un fonds pour faire la lumière sur le bombardement de l'hôpital de Kunduz

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales