De nouvelles sanctions de Kiev contre la Russie est «une tentative désespérée d’agitation»

© Valentyn Ogirenko Source: Reuters

En imposant de nouvelles sanctions contre les compagnies aériennes russes qui ne peuvent plus voler en Ukraine, Kiev détourne l’attention les Ukrainiens des problèmes urgents , estime l'économiste française Hélène Clément-Pitiot.

RT : Quelle seront les conséquences économiques de la décision de l’Ukraine d’interdire à toutes les compagnies aériennes russes d’effectuer des vols vers son territoire ?

Hélène Clément-Pitiot (H. Cl-P.) : En premier lieu, il s’agit d’une perte en matière de revenu sur les taxes et frais d’aéroport car on peut imaginer que les avions russes ne seront pas ou peu remplacés par d’autres avions d’autres compagnies. Comme pas mal de vols sont affrétés en partenariat Air France Aéroflot, des solutions de contournement seront certainement envisagées. Ainsi la mesure semble peu sérieuse et consiste surtout à mettre en œuvre un effet d’annonce... Tenter de montrer à la population Ukrainienne que le Premier ministre fait preuve d’énergie et de fermeté! Une tentative désespérée d’agitation vue la situation économique de l’Ukraine sur laquelle personne ne se fait plus beaucoup d’illusion, la crédibilité du pays s’érode rapidement (S&P a révisé la notation du pays à la baisse!).

RT :Et quel serait l’impact financier de cette décision sur les citoyens ukrainiens ? Le président Porochenko avait déclaré en juillet 2015 que les prix des billets d'avion en Ukraine étaient déjà trop hauts, le marché était monopolisé. Est-ce que la décision actuelle aura une influence sur ces faits ?

H. Cl-P. : Difficile à dire comment cette décision va être appliquée et quelle réponse sera donnée côté russe. Compte tenu du faible niveau de revenu des Ukrainiens qui peine à dépasser les plus pauvres pays d’Afrique, on imagine que le transport aérien n’est plus à l’ordre du jour pour une large part de la population... Une question mérite d’être posée : Qui voyage en avion en Ukraine à l’heure actuelle? Certainement pas le citoyen lambda.

En savoir plus : L’Ukraine interdit aux compagnies aériennes russes d’effectuer des vols vers son territoire

RT :Il existe déjà une liste de sanctions publiée le 16 septembre 2015, sur laquelle se trouvent déjà plusieurs compagnies aériennes russes – alors à quoi servent de nouvelles interdictions ?

H. Cl-P. : Tenter de faire un peu de buzz à un moment opportun pour détourner les esprits et l’attention de sujets plus importants. C’est une technique de communication dont le gouvernement ukrainien n’a pas l’exclusivité. L’Ukraine commence à être un bon élève en matière d’apprentissage des techniques d’information qui ont cours en Euroland. On fait du sensationnel pour détourner l’opinion publique des questions vraiment préoccupantes. Celles-ci ne manquent pas en ce moment en Ukraine. La liste est longue et non exhaustive : situation économique désastreuse, dette insoutenable, incertitude énergétique, contrôle de la presse, intensité de la corruption et menace individuelle.

En savoir plus : Liste noire de Kiev : la liberté de presse rétablie, mais que pour les journalistes occidentaux

RT : Cette interdiction vient juste au moment des pourparlers à Bruxelles concernant les prix du gaz pour l’Ukraine, avant la 70e Assemblée Générale de l’ONU et la rencontre en « format Normandie » ?

H. Cl-P. : En effet, une communication fort à propos, et bien aux antipodes des sujets importants... De quoi donner du grain à moudre à la presse et ainsi éviter qu’elle ne s’occupe des enjeux qui risquent de faire apparaitre comme trop visible les échecs du gouvernement «made in Maïdan».


RT : Est-ce une décision adéquate compte tenu de la situation actuelle ?

H. Cl-P. : Le gouvernement Ukrainien n’hésite devant rien pour surprendre l’opinion publique! En l’occurrence il aborde un sujet à propos d’avions et du survol du territoire ukrainien un peu glissant...chargé de beaucoup d’ombre. Il faut y voir une provocation vis-à-vis des institutions russes pour tenter de contrecarrer toutes possibilités de concertation sur le sujet de l’énergie ou sur celui des accords de Minsk. Ils sont à court d’arguments et de cartouches...si on peut dire, aux plusieurs sens du terme.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales