L’unité affichée par la France masque ses divergences

Des participants à la Marche républicaine à Paris (REUTERS/Youssef Boudlal)© Reuters / Youssef Boudlal Source: Reuters
Des participants à la Marche républicaine à Paris (REUTERS/Youssef Boudlal)

Mansouria Mokhefi, directrice du Centre de Recherches sur l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient de l’IFRI, a dit au correspondant de RT que l’esprit d’unité était palpable au cours de la Marche républicaine à Paris.

Dans la France de l’après Charlie Hebdo, c’est l’unité qui est à l’ordre du jour, comme l’a souligné Mansouria Mokhefi, directrice du Centre de Recherches sur l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient de l’Institut français des relations internationales (IFRI), lors d’une interview pour la chaîne de télévision RT.

Selon elle, les attentats de Paris constitueront une sorte de motif de consolidation de la nation. Cependant, elle a souligné que la tragédie avait aussi aggravé les divergences dans la société française.

« On a assisté à de multiples rassemblements spontanés à travers toute la France tout de suite après les évènements. On observe un besoin de rassemblement pour exprimer non seulement notre chagrin et notre affliction par rapport à ce qui s’est passé, mais aussi l’attachement des Français à la liberté d’expression, à la liberté en général et à toutes ces valeurs que la France représente. Il est donc très important que nous soyons unis aujourd’hui et c’est une unité limpide et sans précédent qui s’est manifestée. Mais bien sûr, derrière l’unité qu’on démontre ici aujourd’hui, nous avons quelques fractures dont il faut s'occuper, quelques grandes questions auxquelles il faut répondre. » a expliqué l’expert.

Selon Mansouria Mokhefi, l’une de ces questions est de savoir comment interagir avec ce qu’on appelle communauté musulmane... Cependant, l’experte dit employer le terme de « communauté musulmane » avec prudence parce qu’à son avis, la communauté musulmane n’existe pas en tant que telle.

« Il y a beaucoup de musulmans en France mais l’immense majorité d’entre eux n’a rien à voir avec l’Islam radical ni même avec l’Islam politique », assure-t-elle.

D’après l’experte, les musulmans eux-mêmes ont peur de la situation actuelle.

« Les musulmans eux-mêmes ont peur, vous savez, des manifestations de violence, des actes de vandalisme contre des mosquées ont eu lieu.

La situation était similaire après les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis, les gens étaient vraiment tendus et ont parfois exprimé violemment leur ressentiment. Mais les musulmans de France ont de quoi avoir peur aussi parce qu’il existe une impression profondément ancrée que l’islam n’est qu’un facteur de perturbation, de division, de radicalisme, de peur et de danger », a constaté Mansouria Mokhefi.

A son tour, le militant Hassan Ben Barek a affirmé à RT les marches républicaines qui ont réuni des millions de citoyens français sont un signe d’unité populaire. En même temps, selon lui, il est bien probable que la tension dans la société augmente dans les semaines à venir.

Le militant a aussi précisé que les autorités ont recouru à un dispositif policier important pour éviter les émeutes. En outre, les communes dans lesquelles résidaient les terroristes abattus font l’objet d’une surveillance accrue.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales