La dernière rotation de l’axe du mal «Corée du Nord–Syrie» annonce une guerre des Etats-Unis

La dernière rotation de l’axe du mal «Corée du Nord–Syrie» annonce une guerre des Etats-Unis© Sue-Lin Wong Source: Reuters
Une parade militaire en Corée du Nord.

L'attaque chimique présumée en Syrie est utilisée à la fois pour déshumaniser Assad et dénigrer Kim Jong-un. Cette campagne médiatique suggère que les Etats-Unis préparent un crime catastrophique, estime le journaliste Finian Cunningham.

Cette semaine, les médias américains ont accusé la Corée du Nord d'avoir joué un rôle dans la prétendue attaque chimique en Syrie. Il semble que la diabolisation des deux pays ne soit jamais suffisante. La dernière rotation de «l’axe du mal» suggère que Washington veuille à tout prix faire la guerre.

Diaboliser, déshumaniser, détruire. C’est la logique avec laquelle l’administration Trump étrangle la Corée du Nord et la Syrie. Cette semaine, un faucon va-t-en-guerre, la sénatrice Lindsey Graham, après un dîner avec le président américain, a qualifié le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un de «fou», tandis que Donald Trump avait traité plus tôt le leader syrien Bachar el-Assad d’«animal».

Les deux «méchants dictateurs» sont mentionnés dans les reportages des médias américains comme complices de l’attaque chimique prétendue d’Idlib

Dorénavant, les deux «méchants dictateurs» sont mentionnés dans les reportages des médias américains comme complices de l’attaque chimique prétendue qui aurait eu lieu plus tôt ce mois-ci dans la province d’Idlib, en Syrie, où les forces du gouvernement syrien auraient attaqué les civils avec des agents toxiques, faisant environ 80 morts.

Selon certains médias américains, le fournisseur des armes chimiques présumées utilisées en Syrie ne serait autre que «le régime de Kim Jong-un».

USA Today écrit : «Les horreurs de la guerre civile en Syrie se sont avérées être une bénédiction pour la Corée du Nord. Le régime de Kim Jong-un a fait une excellente affaire en vendant des armes et des munitions au dictateur Bachar el-Assad.» Le média américain continue ensuite en prétendant que la Corée du Nord est le «fournisseur principal» de la Syrie en armes chimiques.

Une autre publication, sur le site Defense one, intitulée «La guerre en Syrie est une mine d’or pour la Corée du Nord» reprend les mêmes arguments.

Les deux médias s’appuient essentiellement sur une source, Bruce Bechtol, professeur de l’Université d’Etat de San Angelo, au Texas, qui est présenté comme un «expert de la Corée du Nord».

Une citation de Bechtol en particulier a retenu l'attention : «Je serais stupéfait, étonné, si l'agent toxique utilisé par le régime d’Assad le 4 avril à Khan Cheikhoun [province d’Idlib] n’avait pas été livré par la Corée du Nord.»

Autrement dit, ce soi-disant «expert» n'en sait pas grand-chose. Le professeur Bechtol fait une supposition. Il se réfère à sa recherche précédente sur les liens militaires entre la Corée du Nord et la Syrie, menée en 2015, dans laquelle sont faites des assertions radicales sur la collaboration des deux nations dans le domaine des armes chimiques.

En fait, l'«universitaire» américain ne fait que reprendre des informations de la CIA et d’autres agences de renseignement dans son analyse des liens militaires entre la Corée du Nord et la Syrie.

La semaine dernière, Fox News a accusé les deux pays d’avoir une «longue histoire» de partage de technologie d'armes chimiques, sans donner davantage de détails.

Le jeu d’«association avec un méchant dictateur» n'est qu'un reboot de la rhétorique de «l’axe du mal», introduite par G. W. Bush en 2002

Cependant, une recherche dans la base de données de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm – une autorité reconnue en ce qui concerne le commerce mondial d'armes – montre que le transfert de technologies militaires, y compris d’agents chimiques, entre la Corée du Nord et la Syrie se situe à un niveau faible.

Dans tous les cas, les déclarations cherchant à prouver que des armes chimiques ont été utilisées par le gouvernement syrien ignorent également les informations fournies pas les organismes des Nations unies qui ont certifié que toutes ces munitions avaient été complètement détruites en vertu d’un accord négocié par la Russie et les Etats-Unis en 2013.

Les spéculations des médias qui prêtent un rôle au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un dans l’assassinat des civils en Syrie via la livraison d’agents toxiques semblent être orchestrées dans le but de le diaboliser. Tant mieux, du point de vue de la propagande américaine, puisqu’il le met dans la même mire que Bachar el-Assad, que Washington essaie de renverser depuis six années de guerre par procuration.

Le jeu d’«association avec un méchant dictateur» n'est qu'un reboot de la rhétorique de «l’axe du mal», introduite par l’ancien président américain G. W. Bush en 2002. En raison des attentats terroristes du 11 Septembre, l’administration Bush a accusé six Etats de financer le terrorisme et de posséder des armes de destruction massive. Le présumé «axe du mal» dévoilé par George Bush comprenait alors l’Irak, l’Iran, la Corée du Nord, la Syrie, la Libye et Cuba.

L’incident de Khan Cheikhoun est fondé uniquement sur des vidéos douteuses provenant de combattants liés aux terroristes et des Casques blancs

Bien sûr, des motifs existent pour qualifier cette rhétorique d'instrument de propagande, étayés loyalement par les médias occidentaux, afin de lancer une attaque militaire américaine sur ces «régimes malfaisants». L’Irak et la Libye ont été «traités» de cette façon. Evidemment, la Corée du Nord et la Syrie (ainsi que l’Iran) sont un «projet en cours» pour Washington.

Le prétexte d’un transfert d’armes chimiques de la Corée du Nord à la Syrie représente une tentative transparente de machination.

Pour commencer, l’incident présumé qui a eu lieu le 4 avril à Khan Cheikhoun est fondé uniquement sur des vidéos douteuses provenant des combattants liés aux terroristes et de leurs agents auprès des médias, appelés Casques blancs.

Plusieurs experts reconnus, tels que le professeur Theodore Postol du MIT (Massachusetts institute of technology), contestent les déclarations des gouvernements et des médias occidentaux sur l'emploi de gaz sarin. Ces experts ont également émis des doutes sur cet incident, et supposé qu'il s'agissait en réalité d'une opération déguisée, un acte de propagande mené par des combattants financés par l’Occident pour discréditer le gouvernement d’Assad et justifier une intervention militaire américaine.

Trois jours après l’attaque du 4 avril, dans le contexte des accusations sensationnelles des médias occidentaux contre le gouvernement syrien, le président américain a lancé 59 missiles de croisière sur une base militaire du pays. La doctrine occidentale veut que Bachar el-Assad a commis un crime de guerre à l'aide d'armes chimiques. Selon Washington et ses alliés, attaquer la Syrie avec des missiles n’est pas un acte d’agression, mais une «juste vengeance».

Sergueï Lavrov a déclaré que la priorité des puissances occidentales était de pousser l’agenda du changement de régime en Syrie

«Attaquez un enfant au gaz, et vous pouvez vous attendre à une réponse», a déclaré Sean Spicer, porte-parole de la Maison Blanche, loin de toute considération légale.

Pendant ce temps, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France ont bloqué une demande officielle conjointe de la Russie, de l’Iran et de la Syrie pour la mise en place d’une enquête impartiale sur l’incident de Khan Cheikhoun menée sur place. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que la priorité pour les puissances occidentales n'était pas de découvrir la vérité, mais plutôt de pousser l’agenda du changement de régime en Syrie.

Les liens présumés avec la Corée du Nord rendent cette propagande encore plus séduisante. Non seulement la Syrie est diabolisée sans aucune preuve, mais la Corée du Nord peut également être critiquée pour avoir «attaqué au gaz de beaux enfants», dixit Trump.

Les manœuvres américaines des sous-marins nucléaires, des navires de guerre et des missiles balistiques intercontinentaux ont fait évoluer la menace contre Pyongyang à un niveau dangereusement élevé. Donald Trump et ses hauts responsables ont récemment et à de maintes reprises prévenu que les Etats-Unis étaient prêts à lancer des frappes préventives contre la Corée du Nord.

Qualifier le comportement des Etats-Unis d’acte d’agression est discutable. Le programme nucléaire et balistique nord-coréen peut avoir violé les règles internationales, mais les exercices militaires conduits par les Etats-Unis et leurs alliés sont incroyablement disproportionnés. Le monde est au bord d’une guerre, à l’initiative de Washington.

Un tel comportement démoniaque de la part des Etats-Unis devrait attirer l’attention du monde sur l'identité réelle de l’axe du mal et de la menace numéro 1 pour la paix

L’administration Trump, à laquelle les médias soumis ont donné carte blanche, «craint qu’il reste peu de temps» pour empêcher Kim Jong-un d’obtenir un missile nucléaire capable d’atteindre les Etats-Unis.

Si les Etats-Unis lancent une attaque préventive contre la Corée du Nord, elle sera probablement dévastatrice, comme l’administration Trump l'a annoncé. Le lancement extraordinaire de «la Mère de toutes les bombes» en Afghanistan plus tôt ce mois-ci semble avoir été une répétition macabre de ce qui serait considéré comme une horrible attaque sur la Corée du Nord.

Marquer à l'encre rouge le dirigeant nord-coréen pour les atrocités présumées commises en Syrie à l'aide d'armes chimiques est une autre indication sinistre qui montre que les Etats-Unis se préparent à commettre un crime catastrophique. Par un processus de diabolisation et de déshumanisation, ils créent un permis de détruire.

Cependant, un tel comportement démoniaque de la part des Etats-Unis devrait attirer l’attention du monde sur l'identité réelle de l’axe du mal et de la menace numéro 1 pour la paix.

Du même auteur : Perversion de la réalité : Londres et Washington accusent Moscou de crimes de guerre en Syrie

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.