«Les Européens n'ont pas besoin des Russes pour leur dire que l’UE ne fonctionne pas»

«Les Européens n'ont pas besoin des Russes pour leur dire que l’UE ne fonctionne pas»© Alexandros Avramidis Source: Reuters
Une manifestation contre l'Union européenne en Grèce.

La doctrine dominante s'effondre devant nos yeux, estime l’ex-député britannique George Galloway : personne ne croit la classe politique et sa chambre de réverbération constituée par les médias mainstream.

L'Union européenne élargit son équipe chargée de lutter contre la propagande russe. Cette décision est liée aux craintes d'une ingérence extérieure à l'approche d'élections importantes qui doivent se tenir dans plusieurs grands Etats européens.

La force opérationnelle chargée de cette mission, le StratCom, dispose d'un site web où il publie ses bulletins d'information sous le slogan «Don't be deceived. Question even more» - «Ne soyez pas déçus, posez encore plus de questions». Un jeu de mots qui rappelle le slogan de RT «Question more» - «Posez plus de questions».

C'est un indice de panique et de désespoir au sein de l'élite politique européenne et autrefois nord-américaine

RT : Pensez-vous qu'une telle force opérationnelle est nécessaire ? Les gens ont-ils besoin d'être guidés pour discerner les vraies des fausses informations ?

George Galloway (G. G.) : C'est un indice de panique et de désespoir au sein de l'élite politique européenne et autrefois nord-américaine. Elle doit accepter le fait que de plus en plus de gens préfèrent les médias alternatifs aux médias appelés mainstream qui ont dominé le monde médiatique pendant des décennies, pendant tout un siècle. C’est une vision du monde qui s'effondre, la culture dominante, la doctrine économique néo-libérale et la politique étrangère néoconservatrice. Les gens n'ont plus confiance en ces choses. Elle se met donc à chercher quelqu’un pour l'accuser. Et, bien sûr, à ses yeux, celle qui mérite le moins d’être accusée, c'est elle-même. La Russie est donc un souffre-douleur convenable. Pourtant si la Russie avait une telle influence sur les évènements dans des pays aussi hétérogènes que la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, elle serait dans une très bonne situation. 

Hillary Clinton était plus que capable de perdre l’élection elle-même

La vérité est que personne n’a vu les soi-disant piratages de l’élection américaine par WikiLeaks et le résultat a été ce qu’il a été. Pour des raisons strictement américaines. Il n’y avait besoin de personnes avec de la neige sur leurs bottes et un chapeau de fourrure près des gares. Hillary Clinton était plus que capable de perdre l’élection elle-même. L’UE est plus que capable de perdre l’affection, la confiance et le respect des millions de personnes qui y vivent. Ils n’ont pas besoin des Russes pour leur dire que l’UE ne fonctionne pas. Les Américains n’avaient pas besoin des Russes pour leur dire qu’Hillary Clinton représentait de plus en plus ceux qu’ils avaient déjà eu. Et ils n'ont pas voulu que cela se répète.

RT : Maintenant la peur d'une ingérence dans les élections européennes apparaît alors que les forces anti-establishment progressent. Ne pensez-vous pas que le problème réel de l’UE ce n’est pas l’ingérence, mais plutôt le paysage politique qui change ?

Personne ne croit la classe politique et sa chambre de réverbération que représentent les principaux médias

G. G. : C’est ça. Et pour les raisons que je viens d’évoquer. L’orthodoxie dominante est en train de s’effondrer sous nos yeux. Personne ne croit la classe politique et sa chambre de réverbération que représentent les principaux médias. Ils parlent des outils de propagande d’Etat mais la BBC est l’outil le plus servile de la propagande d’Etat jamais connu. Et en plus, on peut être emprisonné, si l’on ne paie pas la redevance pour cette chaîne de télévision. Il faudrait donc mieux voir la poutre dans son propre œil que chercher une paille dans celui de Moscou.

Mais, vous savez, cela ne marchera pas. Ils n’emploient que 10 personnes dans cette unité européenne de contre-propagande. S’ils en avaient 10 000 ou 100 000, cela ne marcherait toujours pas, parce que la population n’aime pas ce que les élites ont envie de dire. Elle n’aime pas ce que les élites sont en train de faire et proposent de faire encore plus. Cela ne va pas changer, si on leur donne une sorte de vaccin contre les fausses nouvelles, comme l’a suggéré un idiot l’autre jour. Les gens regardent RT, par exemple, parce qu’ils croient voir une approche plus sensible aux évenements mondiaux que celle qu’ils observent sur CNN ou Fox News ou la BBC…

Lire aussi : Alep : la musique orientale de la propagande de l'Occident

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»