Membre du Parlement européen : «l'UE est antidémocratique et dépendant»

Membre du Parlement européen : «l'UE est antidémocratique et dépendant»© Vincent Kessler Source: Reuters
Le président du Conseil européen Donald Tusk

Les politiciens européens ont une inimitié instinctive pour Trump, car ils n'aiment pas la démocratie, déclare David Campbell Bannerman, membre du Parlement européen.

RT : Les membres du Parlement européen ont dressé leurs avis sur les relations américano-européennes sous Trump – selon le document, on peut imaginer très bien le pire scénario, car Trump n’a aucune expérience et ses promesses pourraient n’être pas réalisées. Comment voyez-vous les anticipations du Parlement européen concernant le président américain entrant ?

David Campbell Bannerman (D. C. B.) : Je n’aime pas ça. Et je n’aime pas le fait qu’on attaque Donald Trump dans l’Union européenne, qui est antidémocratique et dépendant – c’est bien le sentiment que j’ai par rapport à l’UE, comme la plupart de la population britannique, plus de 17,4 millions de gens qui ont voté pour en sortir. Ce qui est le plus grand nombre de votes dans l’histoire britannique.

RT : Il semble que les politiciens européens se préparent à une détérioration des relations, n’est-ce pas ?  

D. C. B. : C'est difficile à dire. Je veux dire que l’UE a une inimitié instinctive pour Trump, ils n’aiment pas la démocratie, car je dois constater malheureusement que le Parlement européen n’est pas une institution démocratique, ça c’est le plan général. Nous vivons une période très intéressante maintenant, avec le Brexit qui a été mentionné aujourd’hui par le président du Conseil européen, Donald Tusk.

Il voulait plutôt lutter contre le terrorisme, au lieu de remplir un rôle conventionnel du défenseur de l’Europe

Nous nous trouvons dans une position très particulière pour entamer les négociations. Comme on le sait, nous serons hors de tous les marchés, hors d’union douanière. Nous allons commencer des nouvelles relations avec l’UE, et la politique étrangère notamment devra devenir plus globale.

RT : Les récents commentaires de Trump ont donné des frissons à l’Europe. Devrait-il être plus positif dans ses messages aux pays européens ? 

D. C. B. : Le président élu Donald Trump a fait un nombre de déclarations, dont certaines sont assez inquiétantes, et les autres sont rassurantes. Je veux dire, il veut soudainement que beaucoup de pays européens paient leur juste part. La Grande Bretagne paye plus de 2% de son produit intérieur brut, c’est ce qu’ils doivent payer. Je croie que beaucoup d’autres nations européennes, y compris l’Allemagne, devraient payer bien plus.

Il va exercer la pression, il a dit que c’était obsolète, il a déclaré qu’il voulait plutôt lutter contre le terrorisme, au lieu de remplir un rôle conventionnel de défenseur de l’Europe. On verra ce qui arrivera. Il semble être pro-OTAN, il va la ranimer et peut-être, y verser plus d’argent.

RT : Les législateurs européens sont aussi préoccupés de l’attitude de Trump envers l’OTAN. Ils affirment que l’Alliance est menacée et qu’il faut augmenter les défenses militaires dans leurs pays – pensez-vous que Trump va essayer de réaménager l’OTAN ? 

D. C. B. : Je suis très pro-OTAN. C’est une organisation remarquable qui pourrait sauvegarder la paix pendant de nombreuses années. Elle ne restreint pas la souveraineté des pays, elle n’est pas supranationale, comme l’UE. Mais ce qui est préoccupant, c’est que, par exemple, Guy Verhofstadt a parlé d’une armée européenne unique, et qu’il veut y aller à toute vapeur, la Garde côtière de l’UE. Vous savez, c’est une menace plus grande que l’OTAN.

Trump déclare beaucoup de choses controverses, mais il propose aussi des changements réels que les Américains souhaitent voir

L’OTAN est une organisation intergouvernementale et démocratique. Franchement, je ne pense pas que la Russie doit s’inquiéter à cause de cela. Personnellement j’aimerais observer la normalisation des relations, et elle est probable, une fois que Trump sera entré en fonction.  

RT : Les politiciens européens disent que le rapprochement avec la Russie pourrait avoir un impact sur les relations entre les Etats-Unis et l’UE. L’amélioration des relations avec les autres pays est-ce une chose mauvaise pour le bloc ?

D.C. B. : Je suis très critique de l’UE et de ses approches – cela concerne notamment la crise ukrainienne, l’affaire iranienne, c’est désastreux – tout cela sera révisé par le président Trump. J’ai des anticipations les plus positives pour  son administration, je suis très optimiste. Je suis conscient qu’il déclare beaucoup de choses controversées, mais j’estime aussi qu’il propose des changements réels que les Américains souhaitent voir. Ça sera e bien pour l’Europe et pour la Grande Bretagne.     

Lire aussi : Interview choc de Trump : applaudissements au Kremlin, sueurs froides chez l'OTAN et l'UE  

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales