Eric Coquerel : C'est le premier moment de lucidité de François Hollande

Eric Coquerel : C'est le premier moment de lucidité de François Hollande © Jacky Naegelen Source: Reuters
Eric Coquerel et Danielle Simonnet entourent Jean-Luc Mélenchon, candidat à l'élection présidentielle du mouvement Les Insoumis et du Parti de Gauche.

Comment expliquer le choix de François Hollande de ne pas se représenter ? Pour le coordinateur politique du parti de Gauche, Eric Coquerel, c'est sans aucun doute à cause de son bilan catastrophique et de la certitude de ne pas être réélu.

RT France : Etes-vous surpris par la décision de François Hollande ne pas se représenter à la présidentielle ? 

Eric Coquerel (E. C.) : J'avais quelques doutes depuis lundi [le 28 novembre]. Je me demandais pourquoi la brouille évidente entre François Hollande et Manuel Valls avait fini par être mise entre parenthèse. Je me suis dit qu'il devait y avoir eu des mots qui avaient rassuré le Premier ministre et je pense que depuis lors François Hollande avait pris sa décision. 

Là où c'est une surprise, c'est que ce n'est pas un choix fréquent sous la Ve République et certainement pas celui que voulait véritablement François Hollande. J'aurais tendance à dire que c'est son premier moment de lucidité. Il sent bien que son bilan est tellement lourd que la seule façon d'éviter la défaite reste de ne pas se présenter. 

RT France : Est-ce une bonne nouvelle pour la gauche et pour la campagne de Jean-Luc Mélenchon ou cela n'a-t-il que peu d'incidence ? 

E. C. : Ça ne change pas grand-chose au niveau de notre positionnement. Manuel Valls va sûrement remplacer François Hollande. Or, je rappelle qu'ils partagent le même bilan. On peut même dire que François Hollande a appliqué la politique que Manuel Valls défendait lors de la primaire de 2012 quand il était Monsieur 5%. Peu importe celui qui endosse la politique de François Hollande, il en sera tout aussi responsable. Il y a néanmoins du positif pour nous : plus que jamais, ce soir, celui qui apparaît comme la seule alternative à la droite et à l'extrême droite, c'est Jean-Luc Mélenchon.

RT France : Outre la désunion du parti socialiste pensez-vous que d'autres raisons ont poussé François Hollande à ne pas se présenter ? 

E. C. : Je pense que c'est avant tout le bilan catastrophique de son quinquennat et la certitude de ne pas être réélu. Il vaut mieux se retirer maintenant que d'être écrasé dans une primaire ou par le suffrage universel. Son bilan, quelque part, humilie la gauche et le Parti socialiste. Je ne sais pas comment le parti socialiste s'en remettra, mais ce n'est pas mon problème. Il faut maintenant que le pays tourne la page. Pas seulement celle de François Hollande président, celle de toute sa politique et éviter de faire pire encore avec la droite ou l'extrême droite.

Lire aussi : Jean-Frédéric Poisson : François Hollande a «enfin pris une décision sage»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales