Le racisme mortel de l’impérialiste libéral «antiraciste»

© Suhaib Salem Source: Reuters

Y a-t-il des cas où les humains ne comptent pas pour des humains ? D'après le journaliste Neil Clark, pour les libéraux occidentaux «hypocrites» et «bellicistes», la réponse est bel et bien «oui».

Quand il s’agit d’hypocrisie, les bellicistes «libéraux» occidentaux sont en terrain familier. Tout en professant la lutte contre le racisme, ces bellicistes libéraux soutiennent la forme la plus dangereuse et la plus mortelle de racisme qui existe dans le monde d’aujourd'hui - l’impérialisme américaino-occidental contemporain.

Une forme de racisme rarement signalé, mais qui a dévasté des pays entiers, tué des millions de personnes et risque de nous entraîner dans une confrontation militaire au potentiel catastrophique avec la Russie.

Nous avons le droit de bombarder ou d'envahir illégalement les pays à tout moment, quand nous en avons envie, pour n'importe quelle raison fictive

Nous pouvons voir ce racisme odieux dans les débats qui sont en cours dans les cercles élitistes de l'Ouest au sujet de la Syrie. Il est considéré que l'Occident, c'est-à-dire les États-Unis et leurs alliés, a le droit de déclarer qui est ou qui n’est pas le gouvernement légitime de la Syrie. On peut exiger que «Bachar el-Assad parte», mais aucun responsable du gouvernement syrien ne peut demander qu'un de NOS leaders s'en aille. On n'ose même pas y penser !

Nous avons le droit d’imposer des «zones d'exclusion aérienne» qui, bien sûr, ne concernent pas NOS appareils, seulement les LEURS. Nous avons le droit de bombarder ou d'envahir illégalement les pays à tout moment, quand nous en avons envie, pour n'importe quelle raison fictive - mais si le peuple du pays ciblé a le courage de se battre, nous les appelons «génocidaires» et accusons son leader (et ses alliés) des crimes de guerre, en les poussant à être envoyés à la Haye. Entre temps, nos leaders peuvent violer le droit international et tuer des centaines de milliers de gens en toute impunité.

Si vous avez des doutes concernant le racisme inhérent à l’ordre mondial actuel et croyez que j'exagère, regardez ce qui se passe à la Cour pénale internationale (CPI). Depuis 14 ans de son existence, ce n'était que les Africains qui étaient les seules personnes mises en accusation et jugées par la Cour pénale internationale.

Que diriez-vous s’il y avait un tribunal national en Angleterre qui ne jugeait que les Africains ? Et que les Européens, quels que soient les crimes odieux qu’ils aient commis, n’ont jamais étaient traduits en justice. Vous appelleriez cela le comble du racisme, et vous auriez raison.

Une partie importante des anti-racistes qui existent encore à l’Ouest sont passés à ce racisme libéral pernicieux, sans même en avoir conscience

Mais cela se passe à la CPI et les libéraux bellicistes «anti-racistes» se taisent, montrant qu'on peut s'en tirer avec les niveaux les plus stupéfiants de discrimination à l'échelle internationale qui n'auraient jamais passé inaperçus dans le pays. 

Malheureusement, une partie importante des anti-racistes qui existent encore à l’Ouest sont passés à ce racisme libéral pernicieux, sans même en avoir conscience. Preuve en est le tout petit nombre de personnes qui ont le courage de reconnaître publiquement : «En fait, le gouvernement syrien a le droit de se battre contre les djihadistes soutenus par les Etats-Unis.»

Encore une fois, il est considéré comme acquis que les pays du sud qui sont ciblés par les Etats-Unis et leurs alliés n'ont absolument aucun droit de s’engager dans la résistance violente. On n'attend de leurs gouvernements qu'ils disparaissent. S'ils osent résister et se battre avec force, comme la Syrie l'a fait, certains représentants du mouvement anti-guerre les traitent de coupables et d'agresseurs.

Souvenez-vous de l'indignation de la «Nation exceptionnelle» et de ses alliés, lorsque les forces yougoslaves ont abattu un bombardier furtif américain en 1999 ! «Comment osent-ils ?!» Nous avons le droit de bombarder votre pays jusqu'à le faire retourner à l’âge de pierre pour des raisons «humanitaires» - mais vous n’avez pas le droit de cibler et descendre nos avions !»

La déshumanisation des nombreuses victimes de l’agression menée par l’Occident et ses alliés est un exemple du racisme libéral «acceptable»

Quand trois soldats américains ont été capturés, le président Bill Clinton a averti les Yougoslaves que ces derniers n'avaient pas le pouvoir de les traduire en justice, tout en soulignant que les bombardements illégaux de la Yougoslavie dirigés par les Etats-Unis allaient continuer.

Encore une fois, la seule manière de respecter ces doubles standards criants est de croire que les Américains et leurs alliés de l'OTAN sont supérieurs aux Yougoslaves. Là, ce serait du racisme.

La déshumanisation des nombreuses victimes de l’agression menée par l’Occident et ses alliés est un autre exemple du racisme libéral «acceptable».

Les millions de victimes de l'impérialisme occidentalo-américain en Irak, au Pakistan, en Afghanistan, en Syrie, en Libye, au Yémen, en Yougoslavie ou ailleurs n'ont pas leur jour de commémoration à eux dans le calendrier. Il est fort peu probable qu'ils auront un jour l'honneur de devenir des personnages de superproductions hollywoodiennes.

Même si on entend parfois des «regrets» au sujet des victimes civiles «accidentelles», personne ne prétendrait éprouver du chagrin pour les soldats qui se combattent pour les armées des Etats ciblés, incinérés en grand nombre. Avez-vous ressenti la préoccupation des bellicistes libéraux occidentaux, quand, le mois dernier, les Etats-Unis et leurs alliés ont tué 62 soldats syriens, ce qui a mis fin au cessez-le-feu ? Moi non plus.

Il est fort probable que nos «humanitaires» libéraux anti-guerre qui réclament l’imposition d’une zone d’exclusion aérienne en Syrie (ou plutôt la zone d’exclusion aérienne pour eux et pas pour nous) n'aient jamais rencontré des soldats de l’armée arabe syrienne. Mais moi, j’en ai vus.

Pour ces bellicistes «libéraux» occidentaux, les soldats syriens qui défendent loyalement leur pays ne sont pas du tout des êtres humains : on peut les abattre en masse

Il y a quelques années, j’étais à Lattaquié, en Syrie, à attendre un bus pour me rendre à mon appartement à Damas. J’avais manqué le dernier, mais un bus spécial de l’armée était sur le point de partir. On m’a invité à le prendre. Pendant toute la journée, les soldats ont généreusement partagé avec moi leur nourriture, leurs boissons et cigarettes. Ils chantaient des chansons, on se racontait des blagues, on rigolait. C’était une journée parfaite.

J’ai toujours une pensée pour ces soldats syriens dès que j’entends un belliciste libéral «antiraciste», faire preuve d'un prétendue inquiétude humanitaire concernant la Syrie. Car, pour ces gens-là, les soldats syriens, ces soldats qui défendent loyalement leur pays, ne sont pas du tout des êtres humains : on peut les abattre en masse. Et quand c’est fait, c’est à célébrer.

«Les humains, quand ne comptent-ils pas pour des humains ?», demandait mon collègue chroniqueur du site rt.com, Dan Glazebrook, dans un article du Morning Star publié en août 2012. La réponse est : quand ils sont des soldats des pays du Sud qui résistent à l’invasion soutenue par les Etats-Unis.

Glazebrook notait que, alors que les soldats de l'armée d'occupation était «toujours humains, peu importe les atrocités auxquelles ils avaient pris part», ceux des armées qui défendent leurs pays de l'agression occidentale «n'étaient jamais des humains... même s'ils n’avaient jamais tiré de leur vie».

La forme la plus virulente et mortelle de racisme qui affecte le monde d'aujourd'hui c'est le racisme qui sous-tend la politique étrangère des Etats-Unis et de ses alliés les plus proches

La triste vérité est que trop d’«antiracistes» occidentaux sont plus préoccupés par les mauvaises paroles que peuvent avoir certaines personnes, que par la lutte contre la forme la plus virulente et mortelle de racisme qui affecte le monde d'aujourd'hui : le racisme qui sous-tend la politique étrangère des Etats-Unis et de ses alliés les plus proches.

Imaginez, si des groupes d'extrême-droite en France entreprenaient de faire des pogromes racistes généralisés contre les noirs ? Il y aurait un tollé, une indignation parfaitement justifiée. Les auteurs seraient traduits en justice – et à juste titre. Mais comme l'a souligné Dan Glazebrook, les pogromes racistes contre les noirs ont été «caractéristiques» de la rébellion libyenne soutenu par l'Occident dès le début en 2011.

Pourtant, les «antiracistes» libéraux occidentaux ont soutenu la rébellion et les frappes aériennes occidentales «humanitaires» en faveur de «rebelles» racistes. Comment pouvez-vous dénoncer les pogromes racistes contre les noirs en Europe tout en les soutenant en Libye ? Eh bien, les impérialistes «antiracistes» libéraux y arrivent. Comme a écrit Maximilian Forte : «Si c’était de "l’humanitarisme", il ne pourrait être tel qu’en excluant les Africains des membres de l'humanité».

Le véritable antiraciste (par opposition au pseudo «antiraciste» de l’impérialisme libéral) estime que tous les pays sont égaux, que les Etats-Unis et leurs alliés n’ont pas plus le droit de menacer la Syrie que la Syrie de menacer les Etats-Unis et leurs alliés. Un véritable antiraciste croit que toutes les vies humaines se valent. Et que le droit international doit être applicable à tous. Et que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, Israël et leurs alliés ne devraient pas en être exemptés. Il est temps que les véritables antiracistes reprennent la bannière antiraciste des bellicistes libéraux occidentaux. Avant que ces faux et racistes chantres de la vertue amènent à leur Troisième Guerre mondiale «humanitaire».

Lire aussi : «Les preuves du soutien aux terroristes en Syrie par "les Casques blancs" financés par l’étranger»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales