«Les réfugiés bloqués en Grèce se sentent comme des prisonniers et agissent comme des prisonniers»

«Les réfugiés bloqués en Grèce se sentent comme des prisonniers et agissent comme des prisonniers»© Giorgos Moutafis Source: Reuters
Des migrants dans le camp de réfugiés de Moria sur l'île de Lesbos détruit par le feu, le 20 septembre 2016. Lesbos, Greece, September 20, 2016
Suivez RT France surTelegram

Les réfugiés qui se trouvent en Grèce n'ont pas envie d'y rester. Des incidents éclatent. La situation va s’aggraver, à moins que l’UE n'accepte les réfugiés comme elle l'avait promis, estime l’ancien diplomate grec Leonidas Chrysanthopoulos.

Dans la nuit du 19 septembre, un énorme incendie a contraint des milliers de migrants de fuir un camp de réfugiés sur l’île grecque de Lesbos. Environ 4 000 d'entre eux ont été évacués.

Au moins 30 personnes ont été blessées lors de l'incident, selon l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Presque 60% du camp Moria a été détruit, y compris des tentes et des cabanes aux toits de métal, a précisé un fonctionnaire de police, cité par Reuters.

La police mène une enquête pour savoir si cet incendie aurait été provoqué délibérément pour protester contre les conditions de vie dans le camp. Neuf personnes ont été arrêtées.

La situation, en général, devient grave, surtout après l’annonce faite par Bratislava lors du sommet de l’UE

RT : Il existe des tensions entre les migrants et la population locale. Cette situation est-elle dangereuse ?

Leonidas Chrysanthopoulos (L. C.) : Les incidents dans les camps de réfugiés ont commencé à cause de rumeurs, selon lesquelles tous les réfugiés seraient obligés de retourner en Turquie. Cela a semé une panique parmi les réfugiés. Ils ont alors commencé à se battre entre eux. Par ailleurs, ils ont allumé des feux. Ils ont réussi à sortir, les enfants ont été évacués plus tôt. Maintenant la situation est sous contrôle. Pourtant, la situation, en général, non seulement à Lesbos, mais dans toute la Grèce, devient grave. Surtout après l’annonce faite à Bratislava lors du sommet de l’UE, selon laquelle l'Union européenne optait pour une politique plus dure sur la question des réfugiés, voulant désormais leur interdire l'accès aux pays de l’Union. Cela a également pu susciter de l’inquiétude et créer la situation à laquelle nous avons assisté dans ce camps de réfugiés.

Le gouvernement grec n'a pas été suffisamment ferme avec les autres Etats membres pour les pousser à faire ce à quoi ils s'étaient engagés

RT : Selon vous, quelle sera la réponse du gouvernement grec ? Va-t-il y avoir un changement dans sa manière d'administrer la crise des réfugiés ?

L. C. : D'un côté, le gouvernement essaie de tout faire. De l'autre côté, l’Union européenne avait pris les 22 et 23 juillet l'engagement d'accepter 160 000 réfugiés de Grèce et d’Italie. Mais l'engagement n'a pas été respecté. Le gouvernement grec n'a pas été suffisamment ferme avec les autres Etats membres pour les pousser à faire ce à quoi ils s'étaient engagés.

RT : Pourquoi, à votre avis, est-ce ainsi ? N’est-ce pas étrange ? La Grèce ne veut-elle pas que la situation évolue ?

L. C. : Les réfugiés qui sont en Grèce n'ont pas envie d'y rester. Ils ne veulent pas rester en Grèce, ils se sentent comme des prisonniers. Et quand ils se sentent comme des prisonniers, ils agissent comme des prisonniers. Leurs économies arrivent à leur terme. Dans d'autres endroits, ils se sont mis à voler des poules pour avoir de la nourriture, car ils ne sont pas satisfaits de la nourriture qui leur est donnée. Cette situation va s’aggraver à moins que l’UE ne prenne la décision d'accueillir 60 000 personnes bloquées en Grèce et en Italie.

Lire aussi : Comme l'Union soviétique, l'UE bientôt dans les poubelles de l'histoire ?

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix