Grèce : incendie dans un camp de migrants, des milliers de personnes fuient les lieux (IMAGES)

- Avec AFP

© Capture d'écran Twitter, @Air_4U.

Des milliers de migrants ont fui le soir du lundi 19 septembre le camp de Moria sur l'île de Lesbos, en raison d'un incendie apparemment volontaire, d'après la police.

«Entre 3 000 et 4 000 migrants ont fui le camp de Moria», a déclaré à l'AFP une source policière, soulignant que des vents puissants attisaient les flammes. Elle a assuré n'avoir «aucun doute» sur l'aspect volontaire de l'incendie.

Ce n'est pas la première fois que des incidents éclatent dans le camp surpeuplé, mais jamais encore il n'avait  fallu procéder à une évacuation de cette ampleur.

Il y a actuellement 5 650 réfugiés et migrants sur l'île de Lesbos pour 3 500 places d'hébergement, selon les statistiques publiées lundi par le gouvernement.

La plupart sont bloqués là depuis l'entrée en vigueur de l'accord UE-Turquie le 20 mars, prévoyant le renvoi systématique en Turquie des arrivés depuis cette date.

Une majorité de migrants ont toutefois demandé l'asile et attendent sur l'île l'issue de leurs démarches, qui peuvent prendre des mois. Environ 150 mineurs hébergés dans le camp ont été évacués vers un camp réservé aux enfants sur l'île, a ajouté la source citée par l'AFP. 

Manifestation contre la présence de migrants à Moria

L'incident est survenu le même jour que la manifestation dans le village de Moria de plusieurs centaines de personnes, parmi lesquelles des membres du parti d'extrême droite «Aube Dorée», qui souhaitaient exprimer leur mécontentement au sujet de la présence de migrants sur l'île et, plus largement, au sujet de la politique européenne d'accueil des réfugiés.

Il y a désormais plus de 60 000 migrants et réfugiés en Grèce.

Lire aussi : Grèce : des migrants se sont vus proposer de se convertir au christianisme en plein Ramadan

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales