Les attaques au chlore en Syrie «portent la marque de Daesh»

Des tentes détruites des réfugiés à Alep Source: Reuters
Des tentes détruites des réfugiés à Alep

Les récentes attaques présumées au gaz toxique en Syrie représentent clairement un acte de désespoir des djihadistes, affirme l'ancien contractant de la CIA, Steven Kelley.

Deux attaques à l’arme chimique auraient eu lieu dans le nord de la Syrie. L’une d’elles s’est produite dans une partie de la ville d'Alep contrôlée par le gouvernement syrien et l'autre dans la province d’Idleb, sur le territoire de Saraqeb occupé par les rebelles.

Au moins cinq personnes ont été tuées et plus d'une dizaine d’autres ont été blessées à Alep, la ville la plus peuplée de Syrie.

Une attaque similaire, blessant plus de 20 personnes, aurait eu lieu de nuit dans un quartier résidentiel de Saraqeb. Du chlore y aurait été déversé depuis un hélicoptère.

Le gouvernement syrien et les groupes rebelles ont nié toute responsabilité.

Accuser la Russie, ou même le gouvernement de Bachar al-Assad, est lamentable et méprisable

L’ancien contractant de la CIA, Steven Kelley, a déclaré à RT, qu’il était certain que ces attaques étaient «un acte de désespoir [commis] par les djihadistes qui tentent de défendre leur territoire dans la ville capturée».

«Accuser la Russie, ou même le gouvernement de Bachar al-Assad, est lamentable et méprisable parce que de toute évidence, ils n'ont absolument aucune raison d’utiliser une telle arme d’amateur. Si vous regardez le nombre de morts causées par cette seule attaque présumée, il est minuscule, un obus serait certainement plus efficace», a-t-il expliqué.

Les informations supposent que du chlore a été utilisé dans les deux cas. Selon Steven Kelley, il est facile d'acquérir ce produit chimique car c’est un composant utilisé très couramment pour purifier l'eau.

Lorsque Daesh est arrivé à Alep, ses combattants ont pris le contrôle de toutes sortes de produits chimiques et «il est probablement très simple pour eux d'utiliser l'eau de Javel de qualité industrielle ou même résidentielle afin de créer ces armes», a estimé l’ex-contractant.

Je crois que nous devons être extrêmement méfiants à l'égard des rebelles soi-disant modérés qui sont en vérité des djihadistes

Il a ajouté que la «lamentable attaque au chlore» portait «la marque de Daesh, car ce sont les seuls à utiliser ce type d'arme».

Etant donné que ces attaques présumées se sont produites dans des zones contrôlées par des forces différentes – celles du gouvernement et celles des rebelles – les deux parties s’accusent mutuellement.

Lew Rockwell, un chroniqueur politique américain, a rappelé que par le passé, alors qu’on croyait que «toutes les armes chimiques avaient été utilisées par le régime d’Assad, il est apparu, bien évidemment, que c’était très probablement un coup des djihadistes».

«Je crois que nous devons être extrêmement méfiants à l'égard des rebelles soi-disant modérés qui sont [en vérité] des djihadistes», a-t-il ajouté.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales