Dallas : «Les gens commencent à percevoir les agents de sécurité comme une menace»

Des manifestants défilent contre le meurtre de deux Afro-Américains par la police dans le Minnesota et la Louisiane, à Dallas, le 8 juillet 2016. Source: Reuters
Des manifestants défilent contre le meurtre de deux Afro-Américains par la police dans le Minnesota et la Louisiane, à Dallas, le 8 juillet 2016.

Après la mort de plusieurs Afro-américains, la tension monte aux Etats-Unis : cinq policiers ont été tués. La situation risque d’empirer et une autre approche s’impose. Ricardo Baretzky, président de l’ECIPS, analyse les événements.

RT : D’après certaines informations, les tirs à l’origine de la mort de ces policiers auraient été effectués par des tireurs d’élite. Qui pourrait être derrière cela ?

Ricardo Baretzky(R. B.) : Il est très difficile de le dire, mais à mon avis, il est très peu probable qu’il s’agisse d’un attentat terroriste. S’il s’agissait vraiment de nouvelles méthodes terroristes, cela  porterait le terrorisme à un niveau sans précédent et donnerait lieu à une énorme quantité de problèmes.

On ne peut se permettre de voir ce problème prendre de l’envergure

RT :  Il y a des mouvements, beaucoup d’émotion, la tension monte. Les policiers du Texas sont bouleversés après avoir perdu cinq agents. Peut-on vraiment accuser les manifestants ou les policiers, étant donné qu’ils sont tous submergés par l’émotion ?

R. B. : Il est très important que les forces de l’ordre se rendent compte que leurs méthodes ne fonctionnent peut-être pas. A mon avis, le gouvernement devrait comprendre qu’il a affaire à la population et aux émotions. Le plus préoccupant est que cela pourrait se répandre. On ne peut se permettre de voir ce problème prendre de l’envergure, ce qui est bien probable à l’heure actuelle.

Ces 15 dernières années, l’Amérique a été très tolérante dans sa manière de régler les situations à haut risque

RT : Beaucoup d’équipement militaire a été distribué aux policiers. Est-ce que tout cela apaise ou attise les émotions quand il s’agit des questions de sécurité ? Certains disent que le travail de la police est aujourd’hui de «servir et harceler».

R. B. : Si on regarde les 15 dernières années, l’Amérique a été très tolérante dans sa manière de régler les situations à haut risque : les marches, les manifestations. Le vrai problème, c’est que la population commence à changer d’attitude et c’est dangereux quand la population commence à percevoir les agents de sécurité comme une menace. Cela peut avoir de très graves conséquences. 

Lire aussi : Les protestations contre la violence policière continueront jusqu'à ce que les autorités réagissent

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales